Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 11 avril 2018

Affectio familiae


Christophe Bonduelle va-t-il lever le pied ? Pas si sûr. En annonçant la nomination de Guillaume Debrosse, un de ses cousins par alliance, comme directeur général, lui-même conservant le poste de président non exécutif, cela ne signifie nullement qu'il ne veillera plus aux destinées du groupe éponyme, bien au contraire. N'étant plus aux manettes au quotidien à partir du 1er juillet prochain, Christophe Bonduelle, qui n'a que 58 ans, aura en effet tout son temps pour réfléchir aux prochains développements du groupe, dont l'objectif dans le cadre de son ambition VegeGo ! est de devenir le référent mondial du bien-vivre par l'alimentation végétale. Des développements qui vont bien au-delà des légumes... et qui cadrent bien avec les nouvelles attentes des consommateurs.

Le patron de Bonduelle le sait et il ne manque pas d'idées comme il l'a montré depuis son arrivée dans l'entreprise familiale en 1985. Devenu directeur général en 1993 puis président en 2001, Christophe Bonduelle a très largement contribué au changement de dimension du groupe, faisant du roi des petits pois en boîte en France, le leader mondial du légume prêt à l'emploi.

L'annonce de la préparation en douceur de la succession de la 6e génération ne marque donc pas de rupture. Cette évolution de l'organisation s'inscrit juste dans la bonne gestion d'une entreprise à capitaux familiaux, "dans le respect de l'objectif de pérennité fixé par l'actionnaire familial", est-il d'ailleurs précisé.

Plus que « l'affectio societatis » Bonduelle et ses représentants cultivent donc bien "l'affectio familiae ». Et la réussite des entreprises à capitaux familiaux n'est plus à prouver.

Perrine Delfortrie



Téléchargements