Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 14 novembre 2018

Anticiper et échanger


Le secteur agroalimentaire vit un paradoxe. D’une part, il se révèle très fragile de façon structurelle, avec un niveau de rentabilité des entreprises de l’agroalimentaire relativement faible et des TPE et PME qui n’arrivent pas à croître, en comparaison à nos voisins européens, notamment allemands. Une situation en partie imputable à la pression plus forte qu’ailleurs de la grande distribution. D’autre part, ces mêmes TPE et PME connaissent un regain d’intérêt vis-à-vis des fonds financiers, mais aussi des grands groupes agroalimentaires, grâce à leur capacité à répondre à la demande sociétale : food tech, bio, végétal, produits "sans"…

Dans ce contexte, se pose la question de la transmission de son entreprise, pour ceux qui arrivent en fin de carrière, mais pas seulement. Quant aux repreneurs, les cadres de grands groupes sont nombreux à être tentés de devenir patron d’une PME. Mais tout cela ne se fait pas à l’improviste. Tous les spécialistes et les chefs d’entreprise qui sont passés par là le disent : les maîtres mots sont "anticiper, en parler autour de soi, et se faire accompagner si besoin".

 

Nicole Ouvrard, Directrice des rédactions Réussir Agra



Téléchargements