Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 27 avril 2017 | bourse

Bonne tenue des valeurs de l’agroalimentaire au premier trimestre


Après la contreperformance de la fin 2016, les 80 valeurs européennes de l’agroalimentaire composant l’indicateur IAA 80 constitué par l'investisseur indépendant Unigrains ont surperformé l’indice MSCI Europe sur les trois premiers mois de 2017. Ce sont essentiellement les plus grosses capitalisations boursières, et notamment Unilever soutenu après la tentative d’OPA de l’américain Kraft Heinz, qui ont tiré la hausse.


L’indicateur IAA 80* d’Unigrains qui regroupe l’ensemble des valeurs de l’agroalimentaire cotées du secteur en Europe a surperformé le marché au cours du premier trimestre 2017. Sur cette période, l’IAA 80 a en effet gagné 6 %, contre seulement +4,8 % pour le MSCI Europe. Un renversement de tendance après la contreperformance du dernier trimestre 2016, où l’IAA 80 pour la première fois depuis sa création en 2014 avait cédé du terrain par rapport au marché européen. "L’indicateur est soutenu par les publications positives de ses principales valeurs pour 2016, dans un contexte économique encourageant", note Unigrains dans son bilan des trois premiers mois de 2017. Les plus grosses capitalisations (supérieures ou égales à 10 Mrd€) se sont particulièrement distinguées avec une hausse de 7 % sur le premier trimestre, notamment tirées par "Unilever qui signe la plus forte hausse (+18,6 %) boosté par la tentative d’OPA du groupe américain Kraft Heinz", explique la holding céréalière. De même, Heineken enregistre un gain de 12 %, après la publication de résultats 2016 supérieurs aux attentes du marché et l’acquisition de la filiale du japonais Kirin au Brésil perçue comme positive sur le long terme. À l’inverse, le Big 29, un des quatre sous-indicateurs du IAA 80 qui regroupe les 29 valeurs dont la capitalisation boursière (CB) est comprise entre 1 et 10 Mrd€, et le Small 11 (CB inférieure à 0,2 Mrd€) cèdent l’un comme l’autre 1,6 %. Parmi les titres du Big 29, le suisse Aryzta se distingue avec une chute de 28,2 % suite à l’avertissement sur ses résultats annuels, ainsi que les valeurs "produit de la mer" (les norvégiens Salmar Leroy Seafood, Austevoll Seafood et le danois P/F Bakkafrost) en recul de plus de 20 % et Marine Harvest de 17,5 %.

Bonne tenue des valeurs françaises

Du côté des valeurs françaises, Bonduelle (qui appartient au Mid 29) se distingue nettement avec un gain de 18,5 %, grâce à l’annonce du rachat de l’américain Ready Pac Foods, une opération très appréciée des investisseurs (Agra Alimentation du 8 mars 2017). En revanche, Marie Brizard (Mid 29) enregistre la plus forte baisse (-11,2 %), "sanctionné après l’annonce d’un chiffre d’affaires 2016 en repli de 1,8 % et d’une révision à la baisse de sa prévision d’Ebitda 2017 à 17 M€ contre les 20 M€ réaffirmés en décembre", souligne Unigrains. De même, les valeurs champagne (toutes au sein du Mid 29) sont à la peine : Lanson perd 9,9 %, Laurent Perrier 4 % et Vranken Pommery 3,3 %. "Leur activité est pénalisée en Grande-Bretagne par la chute de la livre et en France où la baisse de fréquentation dans les restaurants parisiens continue de se faire sentir", indique encore Unigrains. Sur le premier trimestre 2017, la valorisation des 14 valeurs françaises composant l’IAA80 "atteint 13 fois l’Ebitda à fin mars", relève la holding dans sa note, un multiple inférieur à celui de l’IAA80, mais supérieur à celui du CAC 40.

À noter que sur un an, l’IAA 80 ne gagne que 5,5 %, contre 15 % pour le MSCI Europe dans un contexte économique plus encourageant depuis quelques mois. Mais sur 10 ans, bénéficiant du caractère défensif des valeurs de l’agroalimentaire en période de crise, l’indicateur d’Unigrains affiche une progression de 6,1 %, tandis que le MSCI Europe baisse de 0,3 %.

L'indice IAA80 est constitué de 80 valeurs cotées de l’agroalimentaire basées dans 13 pays d’Europe de l’Ouest (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Finlande, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse). Les valeurs retenues ont une capitalisation boursière supérieure à 50 M€ et un flottant minimum de 15 %.

 

PDf



Téléchargements