Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 14 septembre 2016 | grande distribution

CFAO et Wendel investiront 500 millions d’euros pour accompagner Carrefour en Afrique subsaharienne


CFAO, Wendel, CDC et QIA vont mobiliser pas moins de 500 millions d’euros d’investissement pour construire des centres commerciaux en Afrique subsaharienne et ancrer durablement Carrefour dans la région. Le distributeur français et CFAO s’inscrivent dans la durée avec un partenariat signé pour au moins vingt ans. L’objectif est ambitieux : se doter de 80 sites commerciaux (malls ou supermarchés isolés) dans les dix prochaines années.


La CFAO ne regrette pas ses développements dans les centres commerciaux en Côte d'Ivoire. « Nous sommes très satisfaits des performances enregistrées par notre premier centre commercial ouvert en décembre dernier à Abidjan avec un résultat 30% supérieur à l’objectif fixé dans le cadre du business plan », s’enthousiasme Xavier Desjobert, directeur de CFAO Retail, la branche de CFAO en charge de développer l’immobilier commercial et les enseignes en franchise. Rien que pour le magasin Carrefour, qui s’étend sur 3200 m2 de surface de vente, le chiffre d’affaires s’affiche à plus de 30% au-delà des prévisions. Dans les résultats semestriels publiés par CFAO fin juillet, le pôle retail contribue pour la première fois aux comptes du groupe, avec un chiffre d’affaires à 17,2 millions d’euros pour les six premiers mois de 2016. En 2015, le groupe CFAO, également présent dans la santé, l'équipement et les services a réalisé un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros (-3,5%) et un résultat opérationnel courant de 269,2 millions d’euros (-0,5 %). Racheté par le groupe Pinault en 1990, la CFAO revient à la Bourse Paris en 2009 après 20 ans d'absence, avant de faire l'objet d'une OPA de la part de TTC (Toyota Tsusho Corporation) une filiale du japonais Toyota.

Playce Marcory est le premier centre commercial moderne à ouvrir à Abidjan. L’architecture a été soignée en sollicitant deux cabinets internationaux spécialisés dans les centres commerciaux : CIA et DGLA. « C’est devenu un lieu de shopping et de sortie pour les Abidjanais », souligne Xavier Desjobert, à l’image des centres commerciaux à l’américaine. Autour du supermarché Carrefour, 55 boutiques (enseignes internationales, locales ou indépendantes) animent le centre commercial. Et un food court permet aux clients de se restaurer sur place. Un portefeuille de seize enseignes françaises et internationales rassemblées par CFAO, appelé le « club des marques », et l’enseigne de supermarchés sont développées par CFAO sous forme d’un contrat de franchise, ce qui lui assure une maîtrise de l’offre commerciale et de son développement.

Une offre ciblée pour les classes moyennes 

Pour atteindre son objectif, CFAO fait le pari de s’appuyer sur les classes moyennes émergentes et ne vise pas les classes supérieures ou les étrangers expatriés pour lesquels l’offre commerciale existe déjà sur place. « Nous privilégions les pays qui ont une classe moyenne représentant entre 8 et 15% de la population totale », explique Xavier Desjobert. Mais en s’installant dans des métropoles, CFAO bénéficie d’un bassin de clientèle « middle class » bien plus important. C’est le cas à Abidjan qui compterait plutôt 20% de foyers appartenant à la classe moyenne. Au sujet de cette catégorie de consommateur, CFAO estime qu’il s’agit des familles disposant d’un revenu compris entre 1500-2000 euros par an et jusqu’ à 20 000 euros par an.

Des prix et des produits locaux

« Outre la sécurité sanitaire, nous sommes très attentifs aux prix proposés », souligne Xavier Desjobert. Carrefour organise donc des promotions et des animations commerciales permanentes. « Mais notre plus grand succès auprès des clients consiste à proposer un choix important de produits locaux », estime Xavier Desjobert, les clients étant très sensible au « made in Ivory Coast ». Pour la viande, l’approvisionnement est à 80% local grâce à un accord avec des producteurs locaux et à 60% pour les fruits et légumes, selon CFAO. Afin de proposer des prix accessibles, CFAO s’appuie sur la centrale d’achat de Carrefour en France. L’heure n’est toutefois pas à la fabrication sur place de produits pour la MDD Carrefour, même si cela sera envisagé à partir du moment où le parc de supermarchés Carrefour dans la région aura atteint une taille suffisante.

Dans les prochains mois, le club des marques va s’étoffer, notamment pour la restauration : « On va compléter le food court avec une ou deux enseignes en plus », indique Xavier Desjobert. En restauration, le club compte déjà Brioche Dorée, Baïla Pizza, Jeff de Bruges et El Rancho.

Un objectif de quatre-vingt sites commerciaux sur 10 ans

Après Playce Marcory, Abidjan comptera un deuxième centre commercial en 2017, toujours opéré par CFAO, de taille inférieure, mais sur le même modèle. Deux autres pays sont en ligne de mire : le Cameroun et le Nigeria où des sites seront ouverts fin 2017 ou début 2018. CFAO a mis au point un véritable plan de bataille pour installer durablement la distribution moderne au sud du Sahara, avec un objectif de quatre-vingt sites commerciaux (malls ou supermarchés isolés) dans les dix prochaines années. Huit pays sont concernés : le Cameroun, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Ghana, le Nigeria, la République démocratique du Congo et le Sénégal. Une liste qui pourra être portée à quinze pays en fonction des opportunités, selon CFAO.

Le pôle retail de CFAO est né en mai 2013, avec une première étape : un accord de partenariat signé sous la forme d’une coentreprise (Adialea) contrôlée à 55% par CFAO et à 45% par Carrefour. Celle-ci est détentrice d’un droit exclusif de distribution qui lui permet de développer différents formats de magasins Carrefour dans huit pays d’Afrique de l’Ouest et centrale, et cela pour une durée de vingt ans renouvelable. Une entité distincte pilote le développement du club des marques, soit seize enseignes dont CFAO a la franchise.

Wendel prévoit encore de participer au financement

Et pour la partie immobilière, particulièrement gourmande en capitaux, CFAO a créé en 2015 une foncière, SGI Africa, dont elle a ouvert le capital mi-2016 à deux investisseurs : Wendel (40%) et FFC (20%), une société détenue conjointement par CDC International Capital (Caisse des dépôts et consignations) et QIA (Qatar Investment Authority, fonds souverain qatari). « SGI Africa prévoit de construire et d’opérer une vingtaine de centres commerciaux au cours des cinq à sept prochaines années », indiquait en juin dernier CFAO. « Ces projets représentent un investissement immobilier global d’environ 500 millions d’euros qui sera financé par ses actionnaires et par recours à l’endettement », indique CFAO. Plus précisément : 300 millions d’euros seront apportés par les actionnaires et 200 millions d’euros seront empruntés. Wendel prévoit de participer de façon importante au financement de SGI Africa. « Wendel, à travers Oranje-Nassau Développement, a réalisé un premier investissement de l’ordre de 25 millions d’euros dans SGI Africa et y investira progressivement jusqu’à 120 millions d’euros au cours des prochaines années », indiquait le fonds fin juillet 2016.

Le retail, un important relais de croissance

En s’implantant en Afrique subsaharienne, Carrefour veut profiter de la naissance des classes moyennes adeptes de la consommation moderne et qui ont les moyens d’en profiter. Le groupe de distribution a déjà une connaissance fine des économies émergentes par sa présence sur quatre continents, mais prudent, il préfère s’entourer de partenaires franchisés connaissant bien la région, un choix  qu’il a déjà opéré pour plusieurs régions telles que l’Asie du Sud-Est, le Moyen Orient et l’Afrique du nord. Quant à CFAO, dont le capital est contrôlé à 97,7% par Toyota Tsusho Corporation, le pôle retail est une diversification de son activité qu’il considère comme un important relais de croissance. La distribution moderne est toutefois une activité particulièrement sensible aux variations de croissance. À l’occasion de la publication des résultats du premier semestre 2016, CFAO a rappelé que « l’environnement économique en Afrique subsaharienne est contrasté » avec un croissance prévue de 1,6% en 2016 contre 3,3% en 2015. Le distributeur pointe notamment les conséquences de la faiblesse des cours des matières premières pour les pays producteurs, qui pèse sur la croissance, et sans doute sur la consommation. Toutefois, CFAO se montre confiant à brève échéance : pour le second semestre, « le groupe continuera (…) de déployer les projets en cours avec notamment le développement de nouveaux sites pour la division CFAO Retail. »

Cyril Bonnel



Téléchargements