Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 16 janvier 2019 | epicerie fine

Comtesse du Barry, Nicolas et de Neuville s’associent pour conquérir de nouvelles zones de chalandise


Trois enseignes spécialisées dans les plats cuisinés, le vin et le chocolat lancent Savour, un concept de boutiques de produits d’épicerie fine. Enjeu : s’installer dans les centres de villes moyennes, les zones commerciales en périphérie et les lieux à flux élevés.


Comment conquérir de nouveaux clients, partager les coûts et les risques, et augmenter le chiffre d’affaires grâce aux achats complémentaires ? Pour répondre à cette question, trois enseignes – Comtesse du Barry, Nicolas et de Neuville – se sont regroupées pour créer une marque commune capable de porter une offre complémentaire de produits. Nommée Savour, histoires de gourmets, la nouvelle enseigne propose l’offre de vins et spiritueux de Nicolas, les conserves et plats cuisinés de Comtesse du Barry et les chocolats de Neuville.

« Avec ce nouveau concept, nous pouvons nous installer dans des zones où nous ne serions pas allés seuls comme les centres de villes de taille moyenne, les zones commerciales en périphérie ou encore les gares et aéroports », explique Jérôme Fourest, directeur général de Comtesse du Barry (Maïsadour), co-pilote de l’initiative aux côtés d’Eudes Morgan de Rivery, DG de Nicolas (Castel) et de Gilles Gommendy, DG de Neuville (Savencia). La première boutique a ouvert mi-décembre dans le centre de Vichy, une zone de chalandise peu attractive sur laquelle les initiateurs du concept veulent parier. Ces zones proposent des loyers bon marché, mais le risque représenté par le faible flux de clients empêche chaque enseigne de s’y installer seul. « Grâce à l’offre d’épicerie fine de Savour, histoires de gourmets, les clients qui venaient pour un produit spécifique vont compléter leur achat avec d’autres produits, comme ils le feraient s’ils avaient dans la même rue chacune de nos enseignes », espère Jérôme Fourest.

Toucher de nouveaux clients

L’alliance des trois commerçants va aussi permettre de s’installer dans des zones à flux élevé de clients comme les gares et les aéroports où les loyers sont particulièrement onéreux, qui exigent de proposer une offre étoffée et des horaires d’ouverture étendues. Autre zone à explorer : les retails parks qui demandent des surfaces de vente d’environ 200 m2, une taille qui peut être atteinte avec les offres combinées des trois enseignes.

Pour formaliser leur collaboration, Nicolas, Comtesse du Barry et de Neuville n’ont pas créé de structure juridique spécifique, mais ont décidé de partager l’investissement de départ. Le premier magasin est porté juridiquement par Nicolas à qui les deux autres partenaires ont cédé la distribution de leurs produits. Mais ce schéma pourra évoluer. Les prochains magasins pourraient ainsi être portés par Comtesse du Barry ou de Neuville. 

« Notre phase de test va durer deux ans, une période au cours de laquelle nous souhaitons ouvrir entre 4 et 6 magasins dans les différentes zones que nous avons identifiées », précise le directeur général de Comtesse du Barry. Celui-ci tient à se donner du temps pour valider les zones d’installation, le concept de magasin, et pour observer les comportements d’achat des clients. Ceux-ci seront scrutés par les vendeurs qui reçoivent pour l’occasion une formation spécifique de 7 semaines. Le premier magasin de Vichy est animé par des salariés de Nicolas qui ont été formés aux trois familles de produits, et surtout aux associations possibles entre eux. 

Cyril Bonnel



Téléchargements