Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 12 juillet 2017 | surgelés

Ecomiam se met à la micro-franchise


Le distributeur breton de surgelés Ecomiam se lance dans la micro-franchise, un nouveau mode de distribution en complément de son réseau de magasins. Chaque responsable de magasin encadrera un ou plusieurs micro-franchisés, sélectionnés en partenariat avec l’Adie, association de micro-crédit. Le premier magasin est prévu pour l’automne.


Le distributeur breton de surgelés Ecomiam se lance dans la micro-franchise, un nouveau mode de distribution en complément de son réseau de magasins. Chaque responsable de magasin encadrera un ou plusieurs micro-franchisés, sélectionnés en partenariat avec l’Adie, association de micro-crédit. Le premier magasin est prévu pour l’automne.

Ecomiam (8 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016), qui a fait du "made in France" et de l’accessibilité des produits sa spécialité, innove à nouveau, mais cette fois-ci dans le mode de distribution. « Nous avons imaginé un concept de magasin de proximité qui répond bien aux attentes des clients se trouvant dans des zones rurales désertées » explique Antoine Sauvaget, le directeur général. Ce projet a remporté en juin le concours Passeport pour la franchise 2017 dans la catégorie micro-franchise.

Ces magasins proposeront la moitié des références Ecomiam, et serviront de point relais pour l’ensemble de la gamme. Ils permettront de toucher des clients éloignés des centres commerciaux ou des villes bretonnes, dans des villages qui ont perdu tout ou partie de leur tissu commercial. Ces nouveaux points de vente viendront en complément du réseau actuel de magasins détenus en propre par Ecomiam. « Chaque responsable de magasin sera chargé de chapeauter un ou plusieurs micro-franchisé, notamment pour l’animation commerciale » explique Antoine Sauvaget. Il s’agit surtout de « stimuler l’âme entrepreneuriale » du nouveau partenaire de l’enseigne.

Pour ce projet, Ecomiam s’appuie sur les connaissances de l’Adie (association pour le droit à l’initiative économique), spécialisée dans le micro-crédit. L’association sera chargée de sélectionner les candidats et de financer sous forme de prêt l’apport de 10 000 euros correspondant à l’aménagement du magasin. Le franchisé sera ensuite amené à reverser une rémunération à Ecomiam, dont le montant n’est pas encore fixée. Ecomiam prévoit que chaque micro-franchisé enregistre à terme un chiffre d’affaires d’environ 300 000 euros par an.

« Le premier magasin pilote est prévu pour septembre ou octobre, dans les Côtes d’Armor, et sera animé par Sylvain Brunetti, responsable du point de vente de Saint-Brieuc » explique Antoine Sauvaget. Le réseau sera déployé pour de bon en 2019, selon l’enseigne, qui imagine déjà qu’entre 7 et 10 micro-franchisés pourraient être satellisés à chaque magasin existant.

Cyril Bonnel