Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 20 septembre 2017 | œufs

Fipronil : en l’absence avérée d’usage en France, le prix des oeufs flambe


C’est désormais avéré. Dans un communiqué publié le 11 septembre, le ministère de l’Agriculture a annoncé « une absence d’usage de Fipronil en France » dans les élevages avicoles. Début août, les directions départementales en charge de la protection des populations (DDPP) avaient lancé une campagne de contrôle sur plus de 4 500 élevages de poules pondeuses qui a pris fin le 31 août. Les agents des DDPP ont aussi enquêté sur l’usage de l’amitraze, un traitement antiparasitaire autorisé pour les ruminants, les porcs et les abeilles. Les contrôles sur l’amitraze en filière volailles ont permis d’identifier « 45 élevages répartis dans 15 départements » ayant « employé un médicament vétérinaire à base d’amitraze », poursuit le communiqué du ministère de l’Agriculture ajoutant que « l’usage a toujours eu lieu dans des bâtiments vides et en l’absence de poules pondeuses. » En outre, des prélèvements d’œufs ont été effectués dans les bâtiments ayant été traités. « Les résultats sont […] tous négatifs, l’amitraze n’ayant été détecté dans aucun prélèvement. »

Les marchés n’ont cependant pas attendu cette confirmation pour s’emballer. Depuis plusieurs semaines, le prix des œufs d’origine France a flambé sous la demande des acheteurs de toute l’Europe, ce qui affecte l’activité des casseries et les centres de tri français du Syndicat national des industriels et professionnels de l’œuf (Snipo), qui demandent, dans un communiqué le 11 septembre, « une revalorisation rapide et importante des prix de vente des ovoproduits et des œufs coquille ». Selon le Snipo, les cours ont augmenté de 58 % depuis huit semaines, atteignant « des prix proches de ceux de 2012 lors de la mise en application des normes bien-être animal ». Selon le Snipo, « il en va de la survie des entreprises du secteur dont l’équilibre économique se dégrade très rapidement, certains vendant parfois à perte ». Les casseries signalent déjà « des ruptures de livraison d’ovoproduits chez certains clients ainsi que d’œufs coquille pour la distribution ».

CR, MR



Téléchargements