Mot de passe oublié ?

 

Industrie

Tous les articles de la rubrique

Viande/Fusion

24 juin 2010

Forez Porc et Orléans Viandes donnent naissance à Tradival


Forez Porc et Orléans Viandes ont officiellement fusionné et adopté le nom de Tradival, marque commune créée par Orléans Viandes. Le nouvel ensemble, qui pèse 200 millions d’euros, vise à consolider la filière porcine dans le Centre et en Auvergne.

Forez Porc (Sicarev) et Orléans Viandes (Sicavyl) ont officiellement fusionné le 28 mai. C’est la marque Tradival, créée par Orléans Viandes et adoptée par Forez Porc en 2009, qui donne son nom au nouvel ensemble, dans lequel sont engagés les producteurs. Présidé par Philippe Dumas, il est dirigé par Bernard Pouillon (dg) et Jean Philip (directeur général délégué), tous trois issus de Forez Porc. Les principaux actionnaires sont le groupe Sicarev (54,2 %), le groupement de porc Cirhyo (21,6 %) et le groupe Sicavyl-Cialyn (17,4 %).
L’enjeu pour Tradival est d’assurer l’avenir de la filière porcine régionale et de « créer, à terme, un groupe coopératif d’envergure nationale, répondant ainsi aux différentes évolutions de la filière viande », selon les termes de Bernard Pouillon.

Une marque à développer
Avec trois sites de production (Fleury-les-Aubrais, Lapalisse, Saint-Etienne), Tradival dispose de deux abattoirs et de deux ateliers de production de produits élaborés (UVCI (dont Bio), saucisserie (dont Bio), rôti, boudin blanc, andouillette, langue en gelée, saucisson à l’ail....). 90 000 tonnes de viandes sont commercialisées par an, et 10 000 tonnes des produits élaborés, pour un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros. L’entreprise compte 680 salariés. « La notoriété de la marque Tradival n’est pas encore suffisante », estime Philippe Dumas, qui indique que 40 % des porcs peuvent être valorisés, même si ce n’est pas encore le cas. « Notre objectif est d’utiliser nos sites à pleine capacité, en travaillant sur la dynamique de la production pour la densifier. » Côté production, « les gammes produites sur nos sites n’ont rien à envier à celle des leaders nationaux », estime Jean Philip.


MD

Imprimer cet articleRetour à la page d'accueilEnvoyer à un ami



Exportons ?

Les ministres en charge de l'Agriculture, l'Agroalimentaire et du Commerce extérieur ont mis en place cette semaine un comité export consacré à la viande bovine. L'interprofession s'en félicite, mais on peut légitimement s'interroger sur ce nouvel outil, lancé dans une assez grande discrétion, il faut le dire. Tel n'était pas le cas en début d'année 2013 quand ces mêmes ministres avaient mis en place de façon plus ostentatoire « un comité Asie » qui ambitionnait de promouvoir l'ensemble des exportations agricoles et agroalimentaires vers ces nouvelles frontières asiatiques. « Ce ne devait pas être un comité Théodule » assurait Nicole Bricq. Force est de constater, un an après son lancement qu'il est bien difficile de connaître les résultats concrets de cette...


Kiosque