Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 17 avril 2019

Fraises : imbroglio autour du respect de la loi Egalim par Lidl


L’AOPN Fraises de France a-t-elle crié au loup un peu trop vite ? L’organisation a en tout cas reconnu dans un communiqué publié le 8 avril « que Lidl a contribué à écouler des volumes de fraises françaises en partenariat avec ses fournisseurs hors organisation économique (hors AOPN, ndlr), dans le strict respect de la loi Alimentation » (Egalim). Moins d’une semaine auparavant, le 1er avril, elle disait le contraire, dénonçant « les pratiques » du groupe de distribution, coupable, selon elle, de ne pas respecter le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) établi par la loi Egalim, en imposant « une baisse de 10% des prix d’achat » à ses fournisseurs de fraises et en commercialisant des barquettes de 250g de gariguettes françaises « à 1,99€ contre 2,19€ pour les autres enseignes ». L’AOP s’était ainsi fendue d’un communiqué en partenariat avec Légumes de France (FNSEA) voyant dans Lidl « le mauvais élève de la loi Egalim ».

Des accusations assez graves pour que Lidl réponde le 5 avril. « Lidl a respecté strictement la loi Alimentation avec un prix d’achat à 1,68€ et un prix de vente à 1,99€ », a indiqué le groupe dans un communiqué. L’enseigne de distribution précise également que si elle a bien proposé à la vente des barquettes à 1,99€ «la semaine dernière dans ses supermarchés », c’est dans « un contexte de surplus des marchandises » et après avoir « été contacté directement par ses partenaires pour agir dans l’urgence et ainsi éviter que la marchandise ne soit détruite et perdue ». Le prix a « été décidé de manière bilatérale et en parfait accord entre Lidl et ses partenaires », ajoutait Lidl, l’opération ayant permis «de désengorger sur deux jours un surplus de production devenant problématique ».

L’AOPN Fraises de France a reconnu le 8 avril avoir « réagi en urgence face à la dégradation des prix à la production ». Plus que le respect de la loi Egalim, le sujet est sans doute là, « la climatologie ensoleillé » ayant entraîné une production précoce de fraises et provoquant des « tensions sur le marché depuis fin mars ». Michel Biero, le directeur des achats de Lidl France et Xavier Mas, le président de l’AOPN, ont en tout cas « convenu de se rencontrer dans les prochains jours », a indiqué l’AOP.

 

RO (Agra Presse)



Téléchargements