Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 04 octobre 2017 | nutrition

L’EFSA consulte pour peaufiner son avis scientifique sur le sodium


L’EFSA a lancé une consultation publique sur son projet d’avis scientifique concernant les valeurs nutritionnelles de référence pour le sodium. Elle souhaite en particulier recueillir des contributions sur la façon dont elle envisage de sélectionner et d’utiliser les preuves dans son évaluation scientifique.


Dans le cadre de ses travaux sur le sodium, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), compte procéder à des revues systématiques de la littérature sur la relation entre l’apport en sodium et l’état de santé, notamment les maladies cardiovasculaires ou la santé osseuse. Le groupe scientifique de l’EFSA sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies (NDA) a élaboré un protocole décrivant les étapes à suivre pour la collecte, la sélection, l’évaluation et l’intégration des preuves. Les parties intéressées sont invitées à soumettre leurs observations sur le protocole proposé et d’autres sections de l’évaluation avant le 12 novembre 2017.

L’avis scientifique et le protocole seront ensuite révisés à la lumière des commentaires reçus et l’évaluation complète, y compris les recommandations en matière de valeurs nutritionnelles de référence, fera l’objet d’une seconde consultation publique. Tous les projets d’avis de l’EFSA sur les valeurs nutritionnelles de référence font l’objet d’une consultation publique auprès des États membres, de la communauté scientifique et d’autres parties intéressées avant leur finalisation. Ce processus a pour but affiché de garantir que l’EFSA bénéficie du plus large éventail de vues pour finaliser ses travaux et qu’elle apporte aux décideurs de l’UE les conseils scientifiques les plus clairs, les plus complets et les plus actualisés possible.

Valeurs nutritionnelles de référence

Selon l’EFSA, les valeurs nutritionnelles de référence (VNR) constituent un ensemble complet de recommandations nutritionnelles et de valeurs de référence, telles que les apports de référence de la population, les besoins moyens, le niveau approprié de consommation et le seuil de consommation minimum. Les VNR peuvent être utilisées par exemple comme base pour les valeurs de référence dans l’étiquetage alimentaire et pour établir des recommandations nutritionnelles exprimées en termes d’aliments (FBDG – food-based dietary guidelines). Les FBDG transposent les recommandations nutritionnelles théoriques en messages précis sur les aliments et le régime alimentaire à privilégier et peuvent guider les consommateurs quant à leur régime alimentaire et les aider à faire des choix alimentaires sains.

L’EFSA explique que les conseils scientifiques relatifs aux apports nutritionnels sont le fondement de l’action de l’UE dans le domaine de la nutrition. De tels avis ont notamment été utilisés par les décideurs politiques pour prendre des décisions en matière d’étiquetage alimentaire. À l’échelle de l’UE, l’avis exprimé en 1993 par le Comité scientifique de l’alimentation humaine sur les apports nutritionnels et énergétiques pour l’Union européenne a défini les apports de référence concernant l’énergie et certains nutriments. L’EFSA considère qu’il est aujourd’hui nécessaire de revoir et de mettre à jour ces conseils afin de veiller à ce que l’action de l’UE en matière de nutrition se fonde sur les connaissances les plus récentes disponibles.

Les conseils scientifiques dans ce domaine émanent aussi d’autres sources. Les organes consultatifs scientifiques des États membres ont fourni des conseils concernant les apports nutritionnels. Les organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont publié les apports recommandés pour certains nutriments et composants alimentaires (1). Dans l’ensemble, souligne l’EFSA, ces rapports reflètent un consensus croissant, mais il existe cependant des variations sur certaines questions.

mande par exemple de consommer moins de 5 grammes (un peu moins d’une cuiller à café) de sel par jour pour les adultes et d’ajuster à la baisse pour les enfants de 2 à 15 ans la consommation maximum de sel recommandée pour les adultes en fonction des besoins énergétiques par rapport à ceux des adultes.

 

Aziz Ben Marzouq



Téléchargements