Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 07 septembre 2006 | traçabilité

La DGAl demande des améliorations


La Direction générale de l’alimentation du ministère de l’Agriculture vient de publier le bilan de son opération alimentation « fêtes de fin d’année » 2005 qui s’est déroulée du 1er décembre 2005 au 7 janvier 2006. Cette opération récurrente vise principalement les produits festifs. Cette année, 49 tonnes de produits ont été retirées de la consommation, 33 installations ont fait l’objet de fermetures administratives, 12,8 % des établissements contrôlés ont reçu des avertissements tandis que 1,8 % se sont vus adresser un procès-verbal.

La DGAl a profité de l’opération pour vérifier l’application du nouveau règlement européen en matière de traçabilité, un an après son entrée en vigueur. Les résultats ne sont pas tout à fait à la hauteur des espérances dans certains secteurs : 7 % d’anomalies dans les entrepôts et 25% à 30% d’anomalies pour les restaurateurs, bouchers et charcutiers. « Des améliorations sont attendues en deuxième année d’application », prévient Monique Eloit, la directrice générale adjointe de la DGAl, précisant que 40 % des anomalies constatées sont considérées comme majeures. Deux secteurs étaient également dans le collimateur des services ministériels en 2005 : le gibier et les coquillages. L’enquête a mis en évidence un besoin d’amélioration du marquage de salubrité des carcasses de gibiers d’élevages étouffés (9,4 % de non conformité) et une absence des contrôles « trichine » sur 3,7 % des 3 584 carcasses de sanglier. Par ailleurs, la DGAl note une absence de traçabilité du gibier commercialisé dans 5 % des établissements et une gestion insatisfaisante de la traçabilité dans 16 % des établissements contrôlés.




Téléchargements