Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 16 juillet 2015 | développement/milieu rural

La Fondation Avril annonce ses objectifs


La Fondation Avril, issue de la réorganisation de la filière industrielle et financière Sofiprotéol, met la dernière main à son organisation. Reconnue d'utilité publique, elle vient de recruter son directeur, Philippe Leroux. Au-delà d'un rôle de tutelle du groupe Avril, la Fondation aura une activité propre, axée vers la création d'entreprises en milieu rural, « le développement de produits alimentaires sains et de qualité », et l'aide en Afrique au développement de la paysannerie et de la biodiversité. C'est ce qu'explique son président, Philippe Tillous-Borde lors d'un entretien avec Agra.


Un fin compromis entre le rôle de détenteur du capital d'un groupe, le groupe Avril, et une activité propre, tournée vers des actions humanistes ou environnementales, tel est le fond de ce qu'est la Fondation Avril, reconnue d'utilité publique, selon son président Philippe Tillous-Borde. Après la réorganisation de l'ex-groupe Sofiprotéol devenu Avril, la Fondation elle-même commence à fonctionner et à déployer son activité. Début juillet, arrivait son directeur, Philippe Leroux.

Selon Philippe Tillous-Borde, « la Fondation fonctionne avec son équipe propre, composée déjà de personnes du groupe Avril, amenées en mécénat de compétence. Elle aura recours aussi à des agriculteurs et des salariés, en tant qu'experts bénévoles ».

CRÉER DES ENTREPRISES EN MILIEU RURAL

Premier axe d'actions, intervenir dans le monde rural et principalement dans les zones qui souffrent aujourd'hui de dépeuplement, et aussi contribuer à améliorer les rapports entre villes et campagnes. La Fondation interviendra par exemple pour favo-riser la création d'entreprises en milieu rural, explique Philippe Tillous-Borde. Soutenir notamment des projets individuels. Pour cela, deux partenariats sont mis en œuvre : l'un avec l'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique), l'organisme spécialisé en microcrédit, avec l'objectif de l'amener à intervenir davantage en zone rurale, notamment sur une région comprise entre le Centre et le Languedoc-Roussillon ; l'autre partenariat, en cours d'élaboration, serait conduit avec France Active, une organisation qui aide au montage des dossiers et à la sollicitation des banques.

Qu'apportera Avril ? Sa connaissance des besoins du monde rural et son lien avec cet univers, explique Philippe Tillous-Borde. Mais, prévient celui-ci, il ne s'agit pas de soutenir seulement des petits métiers. L'action de la Fondation Avril concerne aussi toutes les activités nouvelles qui peuvent se développer en milieu rural. Des activités nouvelles nécessitant un haut débit Internet et que leurs promoteurs pourraient installer en milieu rural. « Il faut se projeter des années en avant, dix ans, vingt ans » affirme le président de la Fondation : dans les zones rurales, les agriculteurs seront loin d'être les seuls actifs. Et en tout cas, selon lui, les projets sont ouverts à tous !

Autre partenariat de la Fondation, celui qui se développe avec le créateur du réseau des épiceries solidaires (A.N.D.E.S.), Guillaume Bapst. Celui-ci a mis en œuvre une activité de soutien des maraîchers en difficulté dans le cadre du projet Uniterres. L'association apporte son aide pour une période de un à deux ans, pour les remettre sur les rails, en fournissant en produits frais locaux, d'abord les épiceries solidaires, puis d'autres clientèles dans les centres villes. L'aide de la Fondation Avril permettra d'accélérer le développement de cette action. La Fondation étudie aussi, avec les banques alimentaires, des moyens permettant de la distribution alimentaire en milieu rural. Car la pauvreté existe là aussi, fait remarquer Philippe Tillous-Borde.

PRODUITS À VALEUR AJOUTÉE

L'action de la Fondation Avril ne s'arrêtera pas à la lutte contre la pauvreté. Un groupe de réflexion a été créé au sein de la Fondation pour analyser la manière dont elle pourrait développer des produits à plus grande valeur ajoutée, mais mieux partagée, des produits de terroir, plus authentiques, qualitatifs. Est-on capable d'identifier une gamme de produits, frais ou d'épicerie, transformés ou semi-transformés, pour les aider à émerger ?, interroge l'ancien DG de Sofiprotéol. Et puis, comment les commercialiser, autrement que par les circuits de distribution traditionnels ? L'objectif est de créer un effet de levier pour développer une telle gamme de produits, sans remettre en cause ce qui est fait par ailleurs, comme les appellations ou les labels. Quelle signa-létique pour répondre à cet objectif ? En tout cas, la Fondation cherche des producteurs qui pourraient entrer dans cette démarche, pilotée par Jean-Louis Ruatti, l'ancien dirigeant d'AgroInvest.

PAYS DU SUD

Une autre mission de la Fondation Avril concerne les pays du Sud, « mais il est trop tôt pour qu'aucun projet ait pu déjà être concrétisé », prévient Philippe Tillous-Borde. Cela va de la création de conservatoires de semences dans cinq pays d'Afrique, à la vulgarisation des connaissances auprès des agriculteurs. Bien sûr, dans ces zones qui seront les premières affectées par le changement climatique, il s'agit aussi de prendre en compte le phénomène climatique.

Plus généralement, la Fondation compte apporter sa pierre à l'évolution de l'agriculture africaine, qui est en train de faire le choix de s'engager vers une agriculture familiale, c'est-à-dire une agriculture davantage marchande, permettant aux familles de vivre de leur production. L'association Agropol, de Terres OléoPro, a déjà une expérience de cette nature, au Burkina Faso principalement. La Fondation Avril compte soutenir, notamment par la formation, ce type de promotion dans d'autres pays. Avec, selon les mots de Philippe Tillous-Borde, « la volonté de bâtir une économie circulaire autour de l'agriculture des villages (culture, élevage), en la diversifiant et en maîtrisant mieux les marchés » .

LE CONSEIL D'ADMINISTRATION

Le conseil d'administration est composé de :

3 représentants des membres fondateurs Gérard Tubéry (Président de la Fop) Benjamin Lammert (Fop) Philippe Tillous-Borde (Avril)

3 personnalités qualifiées Jean-Michel Severino (président de Investisseurs et Partenaires) Hafez Ghanem (vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord, ancien DG adjoint de la FAO) François Lemarchand (Président et fondateur de Nature et Découvertes)

3 représentants des pouvoirs publics Patrick Audebert (Ministère de l'Intérieur) Catherine Geslain-Lanéelle (Ministère de l'Agriculture) Anne-Marie Descottes (Ministère des affaires étrangères) Participe au conseil d'administration, président du conseil scientifique, Pierre Jacquemot (président du groupe Initiatives et du Gret-Professionnels du développement solidaire)

UN BUDGET DE PLUS DE 2 MILLIONS D'EUROS

Comment sera financée la Fondation ? En premier lieu par des remontées de dividendes garantis venant du groupe Avril dont la Fondation est actionnaire (actions de préférence, pouvant également produire un complément de dividendes selon les résultats). A cela s'ajoutent des ap-ports en compétence que peut livrer le groupe Avril. Tout ceci permet d'aller solliciter des financeurs extérieurs. Le budget initial devrait représenter bientôt environ 2 à 2,5 millions d'euros, donnant la possibilité de trouver des financements complémentaires.

Perrine DelfortriHervé Plagnol



Téléchargements