Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 09 mai 2019

La simplification des repas pèse sur la consommation de fromages


« Fragmentation, simplification, déstructuration, livraison des repas » sont autant de sources de modification profonde de nos habitudes de consommation, a expliqué la société de conseil Kantar, à l’occasion d’une conférence organisée par FranceAgriMer. Le repas se concentre de plus en plus sur un plat unique, faisant l’impasse sur l’entrée, le plateau de fromages ou le dessert. 7 % des petits-déjeuners sont "zappés", et avec eux le chocolat chaud du matin ou les céréales au lait. Autant de moments traditionnels de consommation de produits laitiers dont la fréquence diminue.

Le fromage est un produit ancré dans les habitudes alimentaires des Français. 84 % en consomment en moyenne 4,3 fois par semaine. Le moment privilégié pour sa consommation est le plateau de fromages, entre le plat principal et le dessert. 71 % de la consommation de fromages se fait à ce moment. Or, hormis dans le cadre d’un repas festif, de plus en plus de Français en font l’impasse. Et cette tendance s’accentue. Plus généralement, les achats de fromages par les ménages connaissent une « vraie inversion de tendance cette année avec un recul important des volumes », révèle Kantar.

Un constat qui pousse la filière à réfléchir à de nouveaux produits davantage en accord avec les nouvelles habitudes alimentaires des Français. Et cette volonté passe par plus de praticité dans les offres de fromages.

Les fromages ingrédients, comme la mozzarella ou les fromages à gratin, peuvent permettre d’introduire plus de fromages dans le plat principal et créer de nouvelles occasions de consommation. La baisse de la consommation de viande est aussi une opportunité pour la filière laitière. Le fromage peut offrir une alternative en donnant du goût à une assiette végétarienne. Des dés de fromages découpés peuvent dynamiser la consommation au moment de l’apéritif. Des formats spécifiques pour des sandwichs ou des burgers peuvent correspondre à de nouvelles attentes. C’est une piste importante de développement, sachant que 24 % des repas sont pris à l’extérieur et que la street food a le vent en poupe.

re de plus en plus sur un plat unique faisant l’impasse sur le plateau de fromages.

AJ (Agra Presse)



Téléchargements