Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 22 octobre 2015 | start-up/biotechnologies marines

La start-up Spiru'Breizh démarre la commercialisation de ses produits


Après les produits cosmétiques lancés depuis l'été, la start-up Spiru'Breizh commercialisera bientôt des produits à base de spiruline dans le domaine de l'alimentation via des épiceries fines et sur son site de vente en ligne.


Créée en 2013 par Marie-Gabrielle Capodano, la start-up bretonne de biotechnologies marines Spiru'Breizh réalise depuis cet été son premier chiffre d'affaires, encore confidentiel, grâce à la vente en exclusivité de soins de cosmétiques à base de spiruline marine à la thalasso Miramar Crouesty. Les déclinaisons créatives dans le domaine de l'alimentation commencent tout juste. Des chefs morbihannais s'emparent de la spiruline marine afin de tester de nouvelles recettes sucrées ou salées : glaces, macarons, pâtes à tartiner au caramel iodé à la spiruline marine, tartare de bar à la spiruline marine, feuilleté de chair de crabe aux paillettes de la mer... « Utilisée en très petite quantité, la spiruline marine apporte un colorant naturel et une saveur iodée très spécifique », explique la dirigeante. En pâte fraîche ou en paillettes, la spiruline marine rentre dans la composition de produits qui seront disponibles en épiceries fines, en magasins spécialisés et sur le site de vente en ligne de Spiru'Breizh dès fin octobre. À l'international, la start-up espère séduire des industries agroalimentaires prêtes à travailler la micro-algue pour le développement de nouveaux produits de consommation. Le Japon intéresse tout particulièrement la créatrice, qui ne se connaît pas de concurrent dans son segment de marché. « Les Japonais sont les premiers consommateurs de spiruline au monde, commente-t-elle. Nous sommes les seuls au monde à proposer une spiruline d'origine marine. »

BÉNÉFICIAIRE FIN 2016

À ce rythme, l'entreprise qui emploie déjà deux personnes devrait être bénéficiaire fin 2016. « Précurseur dans de nombreux domaines, Spiru'Breizh doit garder sa longueur d'avance en continuant de créer des produits innovants », indique la créatrice, ostréicultrice pendant treize ans qui s'est d'abord intéressée à l'alimentation des bébés huîtres. L'intérêt nutritif de la spiruline est prouvé : faible en calorie, cette micro algue est hyper protéinée, pourvue de fer assimilable par l'homme indispen-sable pour les personnes anémiées, des oméga 6, des anti-oxydants et de la vita-mine B12 nécessaire pour la régénérescence des neurones. « Demain, l'industrie agroalimentaire devra se pencher sur d'autres sources de protéines pour nourrir la planète. Les algues, tout comme les insectes, sont des ressources importantes », commente Marie-Gabrielle Capodano.

USINE PILOTE À ARZON

Si à l'origine, la spiruline évolue naturellement en eau douce, Marie-Gabrielle Capo-dano a réussi avec succès la culture en eau de mer. Pour l'heure, Spiru'Breizh s'appuie sur la production de la Nurserie du Golfe dédiée à l'élevage de bébé huîtres. Mais dès le printemps 2016, elle intégrera sa production en interne grâce à son usine pilote à Arzon. Spiru'Breizh investit en effet 300 000 € dans la construction d'un bâtiment éco-conçu sur la pointe de la presqu'île de Rhuys. Les travaux commenceront en novembre. « Je ne peux pas encore en dévoiler les contours de peur d'être copiée », précise la dirigeante. A l'intérieur de cet atelier se trouvera le laboratoire recherche et développement, la production de souches, les bacs de nurserie de micro algues et la production de spiruline marine dans des bacs couverts à l'extérieur. Dotée d'un capital de départ de 30 000 €, Spiru'Breizh a reçu 70 000 € d'aides et subventions, dont 45 000 € par BPI France pour la cosmétique innovante.

Violaine Pondard