Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 07 juillet 2016 | confiserie/acquisition

Le chocolatier Hershey refuse l'offre de rachat de Mondelez


Le chocolatier américain Hershey a annoncé le 30 juin avoir reçu et rejeté une offre d'achat du groupe agroalimentaire Mondelez, propriétaire notamment des biscuits Lu et Oreo et des marques Côte d'Or, Milka, Toblerone... « Le conseil d'administration a unanimement rejeté cette marque d'intérêt et déterminé qu'elle ne fournissait pas de base pour des discussions supplémentaires entre Mondelez et le groupe », écrit la société, qui produit notamment les chocolats Kit Kat aux Etats-Unis pour le compte du suisse Nestlé. Hershey ne dit pas en revanche si ce rejet est une fin de non-recevoir. Mondelez proposait un prix de 107 $ (96,51 €) par titre Hershey en cash et en actions, une offre de près de 23 Mrd$ (20,74 Mrd€). A noter que toute transaction devrait obtenir l'aval du véhicule financier Hershey Trust, mis en place par le fondateur Milton Hershey, qui détient 8,4 % du capital de l'entreprise et 81 % des droits de vote, selon le Wall Street Journal. Hershey Trust s'est toujours opposé à une vente de l'entreprise, comme en 2002 quand il avait torpillé l'offre de rachat à 12,5 Mrd$ (11,27 Mrd€) de Wrigley, désormais filiale de Mars. Mondelez, de son côté, est poussé à la fusion avec un autre groupe agroalimentaire, par les activistes Nelson Peltz et William (Bill) Ackman, présents dans son capital.

Mondelez est numéro deux mondial sur le marché de la confiserie, derrière Mars numéro un et devant Nestlé (n°3) et Ferrero (n°4). Avec 18 % du marché mondial de bonbons, le groupe né d'une fusion Mondelez/Hershey aurait surclassé Mars (12,5 % de pdm), selon le cabinet Euromonitor. Hershey a affiché un chiffre d'affaires de 7,4 Mrd$(6,67 Mrd€) en 2015 et Mondelez de de 29,6 Mrd$ (26,7 Mrd€).

A Wall Street, le titre Hershey a bondi de 16,83 % à 113,49 dollars le 30 juin, poussant la valorisation de l'entreprise à plus de 24 Mrd$ (21,65 Mrd€), soit bien au-dessus de la proposition de Mondelez, preuve que les investisseurs n'excluent pas une surenchère, voire une contre-offre d'un concurrent...

PDf



Téléchargements