Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 15 mai 2019

Le commerce équitable progresse fortement en France


Les produits équitables profitent d’une plus grande mise en avant dans la grande distribution, ce qui explique des ventes en forte progression de 22% s’établissant à près de 1,3 milliard d’euros en 2018. La chute des cours du café conventionnel, qui fragilise les petits producteurs labellisés, est un sujet d'inquiétude pour les acteurs du commerce équitable.


Commerce équitable France vient de livrer son bilan 2018, marqué par une forte hausse des ventes de produits équitables (1). Elles ont atteint en France l’année dernière 1,276 milliard d’euros (dont 97% de produits alimentaires), en progression de 22%. Comme en 2017, les produits issus du commerce équitable français connaissent une croissance très soutenue de 34%, tandis que les produits issus des filières internationales progressent de 17%. Ces derniers restent toutefois majoritaires dans les ventes de produits équitables dont ils représentent les deux tiers. La convergence entre les labels bio et équitable, déjà à l’œuvre les années précédentes, s’accentue : ce sont désormais 84% des produits équitables issus des filières internationales qui sont biologiques. Et c’est aussi le cas de 47% des produits issus des terroirs français.

Parmi les produits équitables, le label Fairtrade/Max Havelaar (s’appliquant uniquement aux produits issus des pays du Sud) est largement dominant, avec 742 millions d’euros de ventes, en hausse de 25% par rapport à 2017. La banane porteuse du label a connu une croissance spectaculaire de 40% en volume au cours de l’année 2018. « Les enseignes de la grande distribution sont des plus en plus nombreuses à proposer la banane équitable, et certaines vont encore plus loin en proposant exlusivement des bananes bio et équitables », a souligné Blaise Desbordes, directeur général de Max Havelaar France. En 2018, Lidl et Franprix se sont engagés à proposer des bananes équitables, aux côtés des enseignes déjà engagées dans cette démarche : Carrefour, Intermarché, Auchan, E. Leclerc et Casino. L’année dernière, 10% des volumes de bananes vendues en France étaient labellisées Fairtrade/Max Havelaar, soit 64 458 tonnes.

Monoprix, qui ne propose que des bananes bio et équitable labellisées Fairtrade/Max Havelaar, a annoncé en avril qu'il prenait une initiative du même type pour les tablettes de chocolat et le café à sa propre marque. À compter de cet été, toutes les tablettes Monoprix (soit 25 références) porteront le célèbre label. Ce sera le cas pour le café à partir de septembre.

La chute des cours du café conventionnel fragilise les producteurs labellisés

Le café, qui représente 42% des ventes de produits labellisés Fartrade/Max Havelaar en France, a connu une progression de 9% en volume et de 5% en valeur. A côté des marques historiquement engagées avec Max Havelaar, de nouveaux partenaires ont rejoint la démarche : Nespresso, Espresso Monte Carlo, le Comptoir du Lys et Café Launay. L’Oréal a décidé de se fournir uniquement en café labellisé pour ses machines utilisées par ses salariés.

Le café est toutefois un sujet d’inquiétude pour les acteurs de la filière : les cours mondiaux du café conventionnel atteignent des cours très bas (environ 0,90 $/livre de café), mettant en péril la filière, dès lors que les achats de café équitable font l’objet de contrats garantissant un prix d’achat deux fois supérieur. L’étroitesse du marché du café équitable a pour conséquence que des producteurs labellisés commercialisent leur production au prix du café conventionnel, et subissent par conséquent une baisse de leurs revenus.

ommerce équitable France prend en compte les labels Fairtrade/Max Havelaar, Producteurs Paysans, Ates, Fair For Life, Biopartenaire, World Fair Trade Organization, Agri Etthique France et les marques Ensemble (Biocoop), Guayapi et Paysans d'ici.

 

La boulangerie et la viennoiserie dominent le commerce équitable français

Parmi les ventes de produits issus des filières françaises du commerce équitable, 53% sont réalisés par la boulangerie et la viennoiserie. Le label Agri-Ethique se félicite de ce bilan qui représente 252,4 millions d'euros de ventes de produits labellisés, correspondant à 67 000 tonnes de blé. Au total, sept industriels (parmi lesquels le Boulangère et le Crêperie Jarnoux) et un réseau de boulangeries (boulangeries Ange) utilisent les farines Agri Ethique.

Cyril Bonnel



Téléchargements