Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 23 janvier 2019 | mali

Le Fonds Moringa investit dans ComaFruits et ses mangues bio


Avec ComaFruits, le spécialiste de la pulpe de mangue au Mali, le fonds Moringa vient d’annoncer son huitième investissement. La construction d’une unité de production de fruits séchés devrait permettre de diversifier la production et d’accroître les revenus des producteurs, lesquels passeront à terme de 3 000 à 5 000.


Le fonds Moringa a annoncé le 18 janvier son entrée à hauteur de 40,3 % dans ComaFruits (Compagnie malienne de fruits), une entreprise malienne qui produit de la purée de mangue bio et conventionnelle. Le montant de l’opération n’a pas été dévoilé, mais "il représente plusieurs millions d’euros ", nous a précisé Paul Brueder, analyste chez Moringa. Il s’agit du huitième investissement (voir encadré) et du cinquième en Afrique réalisé par le fonds d’investissement spécialisé dans les projets agroforestiers en Afrique subsaharienne et en Amérique latine. À noter qu’Okan Venture, un business angel dédié à l’Afrique a rejoint l’aventure en investissant "un petit ticket", précise encore ce dernier, dans ComaFruits aux côtés de Moringa.

L’usine de transformation de jus de ComaFruits a été créée en 2009 par l’entrepreneur Dino Ballestra, "convaincu par Amadou Bâ, un ingénieur malien qui l’a accompagné une grande partie de sa carrière", explique le communiqué, du potentiel de valorisation de la mangue bio au Mali. Les deux entrepreneurs conservent la majorité du capital de l’entreprise.

Aujourd’hui ComaFruits travaille avec 3 000 producteurs de mangue à qui elle offre un débouché stable, alors que la saison de la mangue ne dure que trois mois (d’avril à juin, ndlr). "La pulpe de mangue une fois recueillie est expédiée en bateau par fûts aseptisés en Europe et au Canada essentiellement, vers des spécialistes du jus et du baby food", explique Paul Brueder. Demain, grâce à l’investissement de Moringa, la société devrait accroître sa production, tout en se déployant davantage vers la bio et en développant une nouvelle activité de fruits séchés. "Notre investissement servira à monter une unité de transformation de mangues séchées dont la production devrait entrer en fonction dès cette année", explique Paul Brueder. Une nouvelle activité qui necéssitera un renforcement des équipes de producteurs, qui devraient passer à 5 000 à maturité du projet.

" Avec l’appui de Moringa, je veux les aider (les producteurs, ndlr) à diversifier leurs cultures pour qu’ils puissent obtenir des revenus tout au long de l’année », a quand a lui expliqué Dino Ballestra. Grâce à Moringa, il sera possible "de financer des études visant à trouver d’autres cultures (tomates, oignons, autres fruits…) à développer tout au long de l’année", explique encore le responsable de Moringa.

Les sept autres participations de Moringa

Moringa qui a vu le jour en 2010, résulte d’un partenariat entre Edmond de Rothschild Private Equity (EDR PE), filiale du groupe Edmond de Rothschild et ONF International, filiale de l’Office national des forêts (ONF). Ce fonds de 84 millions d’euros réalise des investissements en fonds propres et quasi-fonds propres de 4 à 10 millions d’euros. Avant, ComFruits, Moringa a investis dans sept sociétés en Afrique et en Amérique-Latine :

Nicafrance (café, au Nicaragua) janvier 2015

TexBel (eaux de coco, agrumes, au Bélize) août 2016

Tolaro (noix de cajou, au Bénin) janvier 2017

Asante (cultures tropicales, au Kénya) mai 2017

Floresta Viva (cœur de palmier bio, au Brésil) septembre 2017

Jus Délice (jus de fruits bio, au Togo) mai 2018

B-Bovid (huile de palme bio au Ghana) octobre 2018

Perrine Delfortrie



Téléchargements