Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 09 novembre 2016 | chocolat/nouvelle marque

Le Petit carré de chocolat veut se faire une place en GMS


Une nouvelle marque veut occuper le créneau du chocolat premium en pariant sur le goût, la qualité, les origines et la pédagogie. Le Petit carré de chocolat veut aussi répondre à l’appétit des distributeurs pour des marques capables d’apporter de la valeur à la catégorie.


Avec son Petit carré de chocolat, lancé fin octobre lors du Salon du chocolat de Paris, Marie Etchepare voit grand : la créatrice de la marque, loin de se cantonner à la sphère de l’épicerie fine, cible la grande distribution en priorité. « Le Petit carré de chocolat a pour vocation d’apporter à la grande distribution une offre qualitative qui n’existe pas dans le rayon du chocolat en tablettes », indique la jeune chef d’entreprise.

Pour séduire les acheteurs de la grande distribution et les consommateurs, Marie Etchepare parie sur les fondamentaux du chocolat artisanal : seulement cinq ingrédients, pas d’aditifs ni d’arômes artificiels, des cacaos issus de terroirs bien identifiés (Mexique, Tanzanie) et des pourcentages de cacao élevés. La pédagogie en matière de dégustation est mise en avant au dos de la tablette, avec en outre une présentation des créateurs des recettes, Marie Etchepare et son père Jean-Jacques, chocolatier et traiteur. « Nous voulons que ce moment de dégustation soit un vecteur d’émotion pour le consommateur », résume la jeune femme.

La gamme compte pour l’instant quatre références, déclinées en quatre format : tablette 90 g (PVC : 3,80 euros), mini tablette 30 g, barre 10 g et napolitain 5 g. Outre le rayon des tablettes, le Petit carré de chocolat vise aussi le devant de caisse, aujourd’hui occupé essentiellement par la petite confiserie de poche, mais aussi la pause repas. « Notre premier distributeur est le réseau d’automates Snack & Co qui proposera nos produits à partir de la mi-novembre », précise Marie Etchepare. Les premiers contacts avec les acheteurs de la GD ont été « très positifs », selon la créatrice, mais rien n’est encore signé. Pour rassurer les industriels quant à la capacité à livrer des quantités importantes, Pentagona, la société créée pour lancer le Petit carré de chocolat, s’appuie sur deux industriels sous-traitants basés en Ile-de-France. Pentagona, dont le capital est contrôlé par Marie et Jean-Jacques Etchepare, a déjà investi 100 000 euros dans la mise au point des recettes et le sourcing, et prévoit d’investir encore 150 000 euros dans la marque.

Le Petit carré de chocolat lancera dans les prochain mois plusieurs références afin d’étoffer la gamme, avec notamment des petits sujets qualitatifs, un produit quasi-inexistant aujourd’hui en grande distribution. Ils seront présentés en mars dans la perspective de Noël 2017. En se plaçant sur plusieurs zones de trafic des magasins, et différents moments de consommation au cours de la journée et de l’année, le Petit carré de chocolat veut se faire un place sur le marché du chocolat. Il s’est vendu en France en 2014 (derniers chiffres disponibles au Syndicat du chocolat) pour 3,1 milliards d’euros de chocolat (80% en GMS), dont 32,6% en tablettes. Et si quelques opérateurs dominent le marché (Lindt&Sprungli, Nestlé, Mondelez), des industriels de taille plus modeste parviennent à grignoter des parts de marché en GD en se positionnant sur des niches comme le bio et/ou l’équitable (Ethiquable, Alter Eco) ou le premium (Galler, Weiss ou Carré Suisse).

CB



Téléchargements