Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 02 mai 2019

Les efforts de Casino pour réduire sa dette suffiront-ils ?


Après Moody’s début avril, c'est au tour de l'agence de notation financière américaine Standard&Poors Global Ratings d'abaisser sa notation sur le groupe Casino, en l'assortissant d'une perspective négative (Agra Alimentation du 11 avril 2019). Cette rétrogradation en BB- classe désormais le géant français au dernier rang de la catégorie des émetteurs pouvant faire face à leurs engagements de crédit mais présentant des caractéristiques spéculatives. Prenant acte de cette décision, le distributeur a assuré dans un communiqué le 20 avril 2019 que "ce changement de notation n’a pas d’impact sur la disponibilité ou le coût des ressources financières du groupe". Et celui-ci de préciser qu'au 31 décembre 2018, il disposait en France d’une liquidité de 5 Mrd€, se composant d’une trésorerie brute de 2,1 et 2,9 Mrd€ de lignes de crédit confirmées avec une maturité moyenne de 2,4 années.

Casino a par ailleurs rappelé qu'il restait concentré sur la réalisation dynamique des objectifs stratégiques et financiers annoncés pour 2019-2021. Dans ce cadre, le distributeur a annoncé le 22 avril, la vente des murs de douze Géant Casino et vingt magasins Monoprix et Casino Supermarchés, indirectement au fonds Apollo Global Management. "Près de 80% de la valeur des actifs après déduction des droits d’enregistrement, soit 374 M€, seront versés au Groupe Casino à la finalisation de l’opération envisagée au plus tard fin juillet 2019", précise le groupe dans son communiqué. Et d'ajouter que cette cession d'actifs non stratégiques, "ne modifie pas l’objectif de croissance annuelle du résultat opérationnel courant de la France (+10%)". Rappelons que Casino prévoit de réaliser 1 Mrd€ de cessions d’ici le premier trimestre 2020 (portant le total du plan de cession d’actifs non stratégiques à 2,5 Mrd€). 

PDf



Téléchargements