Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 25 avril 2018 | fromages

Les nouvelles ambitions de la fromagerie Perrin Vermot


Récemment labellisée Entrepreneurs + Engagés (E +), la fromagerie Perrin Vermot qui a bouclé son dernier exercice sur une croissance de 11,4 %, ambitionne de doubler sa production en bio et lance une nouvelle gamme de produits apéritifs.


Sur un marché du morbier et du comté plutôt atone, la fromagerie Perrin Vermot continue de se développer. "Nous venons de boucler notre exercice 2017/2018 avec une croissance de 11,4 % de nos ventes à 40 M€ pour une marge d’exploitation de 2 % un peu en deçà de notre objectif de 3 % qui garantit une expansion plus durable", annonce Jean-Marie Perrin, président de la PME familiale éponyme créée en 1965 par ses parents à Cléron (322 habitants) dans le Doubs.

Employant 150 salariés (plus 50 saisonniers de septembre à mars), la société, dont le capital est détenu majoritairement par Jean-Marie Perrin et son frère Jean-Luc (40,5 % chacun et 19 % auprès de capital-risqueurs), s’impose comme le deuxième producteur français de morbier avec 30 % des volumes nationaux (3 000 tonnes/an). Elle intervient aussi sur le marché du comté (500 tonnes/an sur les 5 500 tonnes vendues en France), de la raclette et des spécialités fromagères du cru (Edel de Cléron, Clarinette…). Elle travaille avec 85 éleveurs essentiellement basés dans le Doubs, avec 65 % de sa production issus de filière AOP, 4 à 5 % en bio et 20 % labellisés Bleu Blanc Cœur, une association qui défend l’alimentation des élevages issue des filières lin, luzerne et lupin pour garantir une meilleure traçabilité et qualité des produits transformés. "Nous avons l’ambition de doubler notre production bio d’ici 12 à 18 mois, pour atteindre 8 à 10 % de notre chiffre d’affaires, la demande sur ce marché est très soutenue et non satisfaite", précise Jean-Marie Perrin.

La PME qui vend ses produits sous sa marque Jean Perrin et sous MDD réalise la moitié de ses ventes en GSA, 20 % à l’export en direct (Europe) ou via des grossistes (États-Unis, Canada, Australie et Asie), 10 % dans le réseau RHD et le reste pour l’industrie et les grossistes en proximité. Depuis 2000, elle exploite aussi le Hameau du Fromage, un site regroupant un restaurant (150 places), une boutique et un musée qui accueillent 20 000 visiteurs par an.

Récemment labellisée Entrepreneurs + Engagés, la fromagerie Perrin Vermot poursuit ses investissements en RSE (3 % du CA consacrés à la R&D), à la fois pour promouvoir une filière d’approvisionnement juste et durable avec des contrats plus favorables aux éleveurs (de 4 à 6,50€ garantis pour le litre de lait selon les fromages) et permettre à ses salariés d’évoluer (12 contrats de qualification professionnelle en cours pour les métiers de conducteurs de machines et de lignes de conditionnement à l’Ecole nationale de l’industrie laitière de Poligny et Besançon-Mamirolle). Enfin, en mai, elle lancera une nouvelle gamme de huit fromages apéritifs (pot de 100 grammes de dés de morbier, comté, bleu de Gex, chèvre et autres recettes aromatisées) destinée aux GSA.

Les chiffres clef de la Fromagerie Perrin Vermot

Chiffre d'affaires 2017/2018 (clos le 31/03/2018) : 40 M€ (+11,4 % par rapport à 2016/2017-

150 salariés, dont 95 à la fromagerie, 45 au conditionnement et 10 au Hameau du Fromage

5 000 tonnes de fromages par an : 3 000 t. de morbier, 500 t. de comté, 1 500 t. de raclette et spécialités fromagères locales (Edel de Cléron)

Filières de production : 65 % en AOP, 20 % en BBC et 5 % en bio

Répartition du chiffre d'affaires : 50 % en GMS, 20 % export, 15 % grossistes, 10 % en RHD et 5 % pour l’industrie

MDD : 25 % du hiffre d'affaires

François Lecocq



Téléchargements