Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 17 mai 2017 | consommation

Les produits français boostent le commerce équitable


Le commerce équitable a progressé fortement en France en 2016 avec des ventes qui frôlent le milliard d’euros, en hausse de 42,8 %. Les denrées alimentaires issues des terroirs français, de plus en plus souvent biologiques, progressent de 155 % en une année.


Le commerce équitable change de registre avec l’intégration des productions françaises, comme le permet la nouvelle définition comprise dans la loi ESS (économie sociale et solidaire) de 2014. Ainsi en 2016, le marché des produits équitable en France a représenté des ventes de 948 millions d’euros, en forte hausse de 42,8 % par rapport à 2015. C’est le « made in France » qui explique une part important de cette hausse, puisque ces produits représentent désormais 275 millions d’euros, en progression spectaculaire de 115 % en une année. Si le marché progressait régulièrement, passant de 100 millions d’euros en 2004 à un peu plus de 400 millions d’euros en 2014, l’accélération a surtout lieu depuis 2014 avec la prise en compte des filières françaises.

« Cette progression fulgurante constatée l’année dernière illustre la prise en compte par les consommateurs que les paysans français doivent être mieux rémunérés pour leur travail », souligne Marc Dufumier, agronome et président de la Plate-forme pour le commerce équitable (PFCE). Pour aboutir à ces chiffres, la Plate-forme s’est limitée aux seuls labels Ecocert Solidaire et Biopartenaire et aux marques Ensemble de Biocoop et Paysans d’ici d’Ethiquable. Mais ce nouveau commerce équitable nord-nord est bien plus vaste, comme en témoignent la multiplication des contrats tripartites, l’émergence des produits à marque du consommateur (Agra Alimentation du 27 avril 2017) ou encore la filière de blé Agri-éthique.

Convergence de l’équitable et du biologique

Les produits cumulant les labels biologique et équitable sont de plus en plus nombreux, suivant une tendance observée depuis ces dernières années. « Les trois quarts des produits du commerce équitable des pays du sud vendus en France sont biologiques, et c’est de plus en plus souvent le cas pour les produits du nord », poursuit Marc Dufumier (44 % des produits équitables français sont biologiques). Toutefois, cette convergence à l’œuvre ne sera pertinente sur le long terme seulement si elle s’accompagne d’une amélioration de la qualité des produits, selon le président de la PFCE : « Les acheteurs resteront fidèles aux produits équitables et biologiques à condition que la qualité soit au rendez-vous ».

Pour les prochaines années, les animateurs de la Plate-forme ne sont pas en mesure de se prononcer sur l’ampleur de la progression. « En quatre ans, le marché a plus que doublé », rappelle Julie Stoll, déléguée générale de la Plate-forme, un résultat pas forcément prévisible. « Multiplier par deux le marché au cours des quatre prochaines années, pourquoi pas ! ? », lance-t-elle. « On le souhaite car la demande est là du côté des consommateurs » d’autant que la marge de progression est importante. Pour y arriver, plusieurs enjeux restent à relever. La grande distribution doit davantage s’engager pour proposer des produits équitables, selon Max Haavelar, dont les ventes de bananes labellisées ont progressé de 33 % en 2016. Les lacunes de la labellisation des produits français doivent aussi être comblées (manque de visibilité ou absence de labels sur certains produits équitables), un chantier dont s’est saisie la PFCE. Enfin, cette dernière lance un appel au futur ministre de l’Environnement afin qu’un nouveau contrat entre les professionnels et l’État soit conclu pour accélérer le développement des produits équitables en France.

535 millions d’euros de produits Max Havelaar vendus en France en 2016

À l’occasion de la Quinzaine du commerce équitable, qui a lieu du 13 au 27 mai, Max Havelaar a dévoilé les chiffres clés de son activité. En 2016, les ventes de produits portant le label en France ont connu une croissance de 20 % pour atteindre 535 millions d’euros. 3 400 produits portent le logo équitable, dont 75 % sont aussi porteurs du label biologique. La moitié des ventes se font en grandes surfaces. En 2016, conformément aux principes du commerce équitable, Max Havelaar a versé 117 millions d’euros de prime de développement aux organisations de producteurs, ce qui représente 1,66 million de personnes dans les pays du sud, dont environ 6,6 millions d’euros mobilisés grâce aux ventes en France.

Cyril Bonnel



Téléchargements