Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 13 juin 2018

Mainmise


Décisif, stratégique, dangereux...et même faustien, les adjectifs ne manquaient pas pour qualifier l'annonce, lundi 11 juin, du partenariat entre Carrefour et Google. Après Casino qui en mars dernier annonçait un accord entre son enseigne Monoprix et Amazon, ou encore Auchan l'an dernier qui s'est rapproché du géant Alibaba en Chine, c'est donc au tour de leur concurrent Carrefour de faire alliance avec un géant du e-commerce. Concrètement, dès début 2019, les consommateurs pourront faire leurs achats, notamment alimentaires, via les différentes plates-formes numériques du géant américain, c'est-à-dire en ligne ou par la voix. Le partenariat porte également sur l'ouverture d'un laboratoire d'innovation dédié avec Google Cloud, et l'accélération du développement de la culture digitale au sein du distributeur avec l’appui de Google.

Au-delà des retombées financières, qui ne sont toutefois pas chiffrées ni par l'un ni par l'autre des associés, cette "nouvelle expérience d’achat Carrefour dans l’environnement Google", comme énoncé est surtout, dans l'immédiat, un passage obligé pour ne pas rater le développement du commerce en ligne. Mais tout ceci pose néanmoins des questions, ne serait-ce qu'à cause du caractère tentaculaire des Gafa, ces géants de l'internet fixe et mobile que sont Google, Apple, Facebook et Amazon. Des questions non seulement sur l'avenir des groupes de distribution classiques avec le développement de ces nouveaux canaux de distribution, ne serait-ce que par leur différence de taille avec les mastodontes d'internet, mais aussi sur l'utilisation qui pourrait être faite des données personnelles des consommateurs.

Parce que cette nouvelle expérience d'achat ressemble surtout à une mainmise des Gafa sur les fichiers clients de leurs partenaires. Une mainmise qui risque fort de porter atteinte à notre liberté de consommation, et même à terme, à notre liberté tout court.

 

Perrine Delfortrie



Téléchargements