Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 06 février 2019

Matahi entre dans le giron de Racines


Placé en redressement judiciaire en octobre, faute d’avoir bouclé une deuxième levée de fonds dans les temps, Matahi a été reprise à 100 % par la société Racines, distributeur et producteur de produits alimentaires ethniques vendus en épicerie fine.


Placé en redressement judiciaire en octobre, faute d’avoir bouclé une deuxième levée de fonds dans les temps, Matahi a été reprise à 100 % par la société Racines, distributeur et producteur de produits alimentaires ethniques vendus en épicerie fine.

Matahi, la start-up productrice de jus de baobab, a été rachetée par le distributeur et producteur de produit ethniques Racines. Une reprise qui arrive à point nommé pour cette jeune pousse à la recherche de financement. D’ailleurs, faute d’avoir bouclé une seconde levée de fonds dans les temps, Matahi en panne de liquidités avait été placée en redressement judiciaire à l’automne dernier. Racines de son côté envisageait d’entrer au capital de la start-up à l’occasion de la levée de fonds. De la rencontre entre les dirigeants est donc est née ce projet d’intégration à 100 % de Matahi dans Racines. "Une solution qui correspond mieux à notre démarche de développement durable qu’une levée de fonds auprès d’investisseurs", souligne également un porte-parole de Matahi. Les deux entreprises montpelliéraines ne communiquent pas le montant de la transaction.

Créée en 1987 par Philippe Gauthier et Gaspard Malzieu, Racines s’est spécialisée d’abord dans la distribution de produits alimentaires ethniques avant de se lancer dans la production de produits africains et de l’océan indien sous sa marque. L’entreprise qui compte 100 salariés, commercialise plus de 600 produits et possède également trois sites de production (Bénin, Sénégal et Madagascar). Rentable, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 18,5 millions d’euros en 2018 (contre 17,3 millions en 2017) et vise 20 millions en 2019.

Matahi qui a été fondée en 2013 par Raphaël Girardin a levé 1,5 million d’euros en 2016, auprès notamment du fonds de capital-risque Capagro et d’investisseurs privés. Elle est à l’origine de la première boisson bio au fruit de baobab, considérée par les scientifiques comme l’un des plus antioxydants au monde. La société qui a mis en place une démarche équitable travaille avec une coopérative au Bénin. "L’achat des fruits à la coopérative permet d’assurer un complément de revenus à 400 familles", précise-t-elle.

Grâce à Matahi, Racines va pouvoir accélérer son processus de développement sur les produits bio et équitables (labellisés Fair For Life). Matahi qui travaille sur des nouveautés à paraître courant octobre 2019, va quant à lui pouvoir s’appuyer sur le réseau distribution et logistique de Racines.

Perrine Delfortrie