Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 11 mars 2020

Panique dans les rayons


L’avancée du Covid-19 et les mesures de confinement annoncées pour certaines régions ont poussé les consommateurs à des achats de précaution, en France, comme dans d’autres pays d’Europe. Sur le territoire, les ventes de produits de grande consommation ont enregistré des niveaux records (+6 % en valeur ces deux dernières semaines) avec un boum des commandes livrées à domicile (+73,8 % la semaine du 24 février au 1er mars). Nielsen va même jusqu’à parler de « panic buying » en Ile-de-France, avec une hausse des ventes de 15,5 % en moyenne sur la dernière semaine de février. Après le pic des achats de gels désinfectants pour les mains, ce sont les surgelés, les produits secs et les conserves, mais aussi les aliments pour bébé et pour animaux, sans oublier les produits d’hygiène et de toilette qui sont les plus plébiscités. Résultat, des images de rayons vides dans les grandes surfaces, le temps que les magasins réapprovisionnent après ces ruées. Des images de désolation qui ne font qu’alimenter la panique. Mais jusqu’à quand ? Sachant que la vraie question est : pourrait-on manquer ?

Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, les distributeurs, mais aussi les spécialistes du secteur, tous tentent de rassurer : tout est en ordre de marche et la pénurie n’est pas pour demain. Reste que personne n’a vraiment la main et encore moins le contrôle sur d’éventuels mouvements de paniques, irrationnels mais bien réels, qui sont à craindre en même temps que se développera l’épidémie.

Perrine Delfortrie