Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 05 décembre 2018

Pertes en cascade


Les blocages par les gilets jaunes ont totalement désorganisé l'activité de beaucoup d'entreprises. Dans l'agroalimentaire, de nombreux patrons, notamment de petites entreprises, ont tiré la sonnette d'alarme dès le début des mouvements. S'ils reconnaissent à l'instar de Thomas Breuzet, patron des laiteries artisanales Péchalou et Baskalia "une vertu fondamentale au mouvement des gilets jaunes", cela n'empêche pas celui-ci de demander instamment de cesser les blocages "pour permettre aux PME de reprendre leur activité". Selon lui, "la solution viendra de notre capacité à mettre notre énergie, ensemble, dans le respect de tous, pour bâtir des dispositifs équitables permettant à la fois de répondre à l’urgence environnementale et de développement durable de notre économie !"

Difficultés d'approvisionnement, à l'amont et à l'aval, destruction de denrées périssables, commandes annulées... Sans compter l'annonce le 5 décembre par Didier Guillaume du report des ordonnances attachées à la loi Alimentation "en janvier ou en février" alors que les négociations commerciales sont en cours. L'Ania évalue pour l'instant les pertes pour l'ensemble du secteur agroalimentaire (qui représente 20% du chiffre d'affaires global de l'industrie française) autour de 13,5 milliards d'euros. Un chiffre qui ne demande qu'à augmenter si la situation s'enlise et le problème vaut d'ailleurs pour de nombreux secteurs, et pas uniquement l'agroalimentaire ou la distribution.

Si tout un chacun est bien incapable aujourd'hui de dire où tout cela va mener, une chose est sûre : les gagnants ne seront peut-être pas ceux que les gilets jaunes imaginent. Ainsi à la question : "qui va profiter de tout cela ?", Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution répond que "ce sont les Gafa. Toutes les plateformes comme Amazon ou d'autres ne paient ni TVA ni impôt sur le chiffre d'affaires qui est généré en France."

S'il est évident qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs, il est clair aussi qu'il faut que chacun prenne ses responsabilités pour dénouer cette situation, au risque sinon d'aller dans le mur.

Perrine Delfortrie



Téléchargements