Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 22 janvier 2020

Pinocchio, le retour


Les Prix Pinocchio sont de retour, au grand dam sans doute des sociétés nominées. Cette année, c’est l’agrobusiness qui est dans le collimateur des Amis de la Terre, à l’origine de cet anti-prix créé en 2008 et partenaire cette fois avec la Confédération paysanne. Les trois entreprises nominées pour leurs pratiques anti-écologiques dans la catégorie « greenwashing » sont Yara (ex-Norsk Hydro), la multinationale norvégienne spécialisée dans les engrais chimiques (13,05 Mrd€ de CA en 2018), l’entreprise de viande Bigard (4,1 Mrd€ de CA en 2017) et le groupe laitier Lactalis (18,5 Mrd€ de CA en 2018). « En pleine réforme de la Politique agricole commune (PAC), qui pousse aujourd’hui à l’industrialisation du système agricole et à la concentration de la production », souligne le communiqué des Amis de la Terre, ces Prix Pinocchio jettent donc un vrai pavé dans la marre.

Certains parleront d’un énième exemple d’agri-bashing. Mais le prix Pinocchio n’a rien à voir. L’agri-bashing met toute l’industrie agroalimentaire dans le même sac, ceux qui appliquent de bonnes pratiques sociales et environnementales pour produire des produits mieux-disant, avec ceux qui n’ont qu’une seule règle : toujours plus de rendement à n’importe quelle condition. Ici, il s’agit plutôt d’ouvrir les yeux des politiques surtout, et des consommateurs ensuite, sur des pratiques contestables, et surtout assez éloignées de l’image que ces groupes veulent donner.

Le public a jusqu’au 19 février pour désigner le groupe recourant aux pires pratiques en matière de greenwashing. À J -29 et 6 243 votants, la balance penchait en (dé)faveur de Yara avec 2 641 voix…

Perrine Delfortrie



Téléchargements