Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 15 mai 2019

PotPotam cherche à lever 1 million d’euros


Spécialiste de l’alimentation pour bébé, PotPotam veut faire connaître ses produits pour étendre son développement au-delà de l'ex-région Rhône-Alpes. Les fondateurs cherchent à lever 1 million d'euros, auprès de fonds d’investissement et d’investisseurs privés.


À l’origine de la création de la société PotPotam, Sébastien Gadras, le principal actionnaire (33,02 %) et son partenaire Maxime Maleysson (29,22 %), sont en quête de fonds pour poursuivre leur développement. Créée en 2015, la start-up s’est véritablement lancée en 2018. Après 2 ans de R&D, les premiers repas bio pour bébés en bocaux PotPotam sont arrivés en GMS en janvier de l’année dernière. La particularité de ces produits traiteurs sans ajout : une cuisson sous vide à basse température et tous les avantages qui vont avec. C’est "un produit qui correspond vraiment à ce qui est écrit sur l’étiquette", précise Sébastien Gadras. PotPotam qui compte quatre salariés en plus des fondateurs, élabore ses propres recettes, mais sous-traite la fabrication, les produits sont ensuite récupérés par le groupe Stef qui assure la logistique auprès de la GMS.

Autre particularité de PotPotam : il s’agit de produits frais, donc proposés dans des vitrines réfrigérées, mais vendus au rayon épicerie. "Une offre qui demande de la place en magasin", concède Sébastien Gadras, qui a pour le moment décidé d’arrêter ses projets de développement dans la région parisienne. "Les mètres carrés à Paris sont chers, donc très disputés et notre manque de notoriété nous pénalise". Qu’à cela ne tienne, "nous allons continuer à maximiser notre présence en Rhône-Alpes, et grandir progressivement à la manière d’un escargot. En septembre/octobre, nous prévoyons de nous développer dans la région Paca, forts d'un plan de communication visant à toucher nos cibles, via les crèches et les pédiatres." Un programme qui nécessite donc des fonds. Cette deuxième levée de fonds depuis sa création doit permettre à PotPotam de se lancer dans la communication pour renforcer sa force de vente, mais aussi d’augmenter le nombre de ses frigos.

Des discussions en cours

"Nous prévoyons de lever 1 million d’euros avec ou sans endettement", indique Sébastien Gadras, tout en précisant que toutes les finalités techniques ne sont pas encore totalement arrêtées. Les nouveaux venus viendront rejoindre les sept actionnaires historiques, entrés à l’occasion de la première levée de fonds (370 000 euros + 200 000 euros d’effets de levier bancaire), parmi lesquels la société familiale Thomas Leprince (transformation de fruits), Leztroy Restauration (spécialiste de la restauration collective des secteurs enfance et petite enfance en Haute-Savoie) "avec lequel des synergies pourraient être développées à terme", précise le dirigeant, ou encore le Crédit Agricole Développement Savoie.

Les fondateurs de PotPotam qui comptent séduire des fonds d’investissements et des investisseurs privés, avec un ticket d’entrée minimum de 100 000 euros, sont en discussion avec plusieurs fonds de business angela potentiellement intéressés par le projet. À l’issue de cette levée de fonds, les actionnaires/fondateurs, rejoints entre-temps par un nouveau partenaire Kévin Barbier, "conserveront à eux trois, 50 % du capital", souligne Sébastien Gadras. Ce dernier espère avoir bouclé la levée de fonds en juin.

Implanté dans 140 magasins environ de l'ex-région Rhône-Alpes toutes enseignes confondues en décembre 2018, PotPotam a bouclé l’exercice sur un chiffre d’affaires de 173 000 euros. Sébastien Gadras estime le seuil de rentabilité à 330 magasins pour un chiffre d’affaires de 1,35 million d’euros.

Perrine Delfortrie



Téléchargements