Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 14 juin 2017 | innovation

Prêt à Pousser compte atteindre l’équilibre cette année


Leader en France de la culture végétale à domicile, Prêt à Pousser devrait multiplier son chiffre d’affaires par trois et atteindre l’équilibre financier cette année, quatre ans après son lancement. La start-up travaille sur un nouveau projet de potager modulable, qui devrait être lancé dans moins d’un an.


Depuis sa dernière levée de fonds, il y a un peu moins d’un an, Prêt à Pousser a bien grandi, tout en tenant ses objectifs de croissance. La start-up avait récolté 1,7 million d’euros auprès du fonds de capital innovation Capagro, de business angels, d’un family office et de la plateforme de financement participatif Anaxago pour et 500 000 euros par emprunt bancaire. Les fonds levés étaient destinés à renforcer l’équipe de la jeune société créée en 2013 autour de ces trois "métiers". Au premier rang vient la R&D sur la partie végétale, qui occupe aujourd’hui 5 à 6 personnes, soit un tiers de l’entreprise, entièrement dédiées au test innovation, lumière, semence et substrat. En second lieu, une grosse moitié des effectifs travaille au marketing au sens large et aux tâches support, et deux personnes enfin sont à la distribution. Prêt à Pousser compte seize salariés aujourd’hui et une vingtaine à la fin de l’année.

Après le kit à champignons distingué au Sial 2014 par la Grand Prix de l’innovation et qui a fait son succès, l’entreprise a mis au point il y a plus d’un an, un potager d’intérieur (Lilo). Vendu 99 € l’unité avec trois capsules contenant des graines et des nutriments intégrés et un éclairage LED, ce procédé breveté permet de faire ses propres cultures chez soi. À la fin de la vie d’un plant, il suffit de racheter des capsules (de 5,90 à 6,90 l’unité). La gamme compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de plantes (16 aromates, 4 fleurs, et 2 fruits et légumes).

Comme prévu, la start-up a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros en 2016. "La tendance est de le multiplier par 3 cette année, et nous atteindrons l’équilibre financier également fin 2017", indique Jérôme Devouge, cofondateur avec Romain Behaghel, rencontré sur les bancs de l’Essec. "Nous avons beaucoup amélioré nos coûts logistiques et de transports, et changé notre façon d’opérer dans la conception de produits. La marge brute devrait faire un bond de 30 points cette année", précise le dirigeant, "pas aux niveaux des standards d’Apple ou de Dyson, mais bien placée pour une start-up", ajoute-t-il. Au final, "nous ne serons pas en manque de cash à la fin 2017", se félicite Jérôme Devouge, qui n’exclut pas de lever ultérieurement des fonds pour continuer à accompagner le développement.

Inspiré du concept Nespresso

Toutes choses égales par ailleurs, le concept de Prêt à Pousser avec son potager Lilo s’inspire de celui des Nespresso, avec ses machines et ses capsules. "Nous ne gagnons pas sur la machine, mais sur la capsule. Nous avons pu baisser le prix de Lilo, vendu 150€ au départ, en améliorant nos coûts de production et en les répercutant au client. Entre la première version et la dernière de Lilo, les coûts ont baissé de 50 %, alors que nous avons amélioré la lumière afin de pouvoir réguler la chaleur", souligne le cofondateur. Prêt à Pousser dispose de deux lieux de production. La Chine pour la partie inerte, c’est-à-dire le plastique et le bois, et la France pour "toute la valeur ajoutée, à savoir la partie électronique et le vivant (graine, substrat, nutriments)", précise Jérôme Devouge. La société prévoit de fabriquer 40 000 unités Lilo cette année, (contre 12 000 unités vendues en 2016), une petite série trop coûteuse à produire en France. "Comme le produit a de la récurrence, nous allons continuer à baisser nos coûts au fur et à mesure que nous augmentons notre clientèle. Et mécaniquement, nous allons améliorer notre marge", indique encore le dirigeant.

Leader en France sur son marché, Prêt à Pousser travaille actuellement sur "un projet de potager modulable, qui offrira plus d’espaces aux plantes et des produits plus adaptés à une auto-consommation, telle que des salades, radis, graines germées, fraises et tomates", explique Jérôme Devouge. Cette innovation a vocation à terme à remplacer Lilo. Elle devrait être lancée au printemps 2018.

Cette année, Prêt à Pousser prévoit de commencer ses actions marketing pour vendre ses produits en Allemagne et au Royaume-Uni, essentiellement via internet. En 2016, la société a réalisé 80 % de ses ventes en France.

Perrine Delfortrie



Téléchargements