Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 28 mars 2018 | interview

Prospérité Fermière Ingrédia  : "Maximiser la valeur des ingrédients laitiers"


Sandrine Delory et Samuel Bar, respectivement directrice générale et président du groupe coopératif Prospérité Fermière Ingrédia, viennent d’inaugurer à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais) l’unité mixte de recherche AllInPep. Créée en partenariat avec le laboratoire régional Institut Charles Viollette, elle est spécialisée dans l’élaboration de peptides laitiers destinés à l’industrie agroalimentaire et à la nutrition-santé. Parallèlement, ils rappellent les enjeux de la mise en œuvre d’une nouvelle filière d’élevage et de production, Via Lacta, garantie issue de vaches nourries sans OGM, plus soucieuse du bien-être animal et plus rémunératrice pour les éleveurs.


Quel est l’enjeu de la création de la nouvelle unité mixte de recherche AllInPep ?

Sandrine Delory : En 2015, Prospérité Fermière Ingrédia a défini une nouvelle stratégie visant à différencier les activités du groupe pour continuer à maximiser la valeur des ingrédients laitiers que nous produisons et qui représentent 90 % de notre chiffre d’affaires. Nous avons ainsi identifié 10 projets prioritaires d’innovation et de recherche à destination de l’industrie agroalimentaire et des acteurs de la nutrition, de la santé et du bien-être. Deux ont déjà été lancés et commencent à être commercialisés depuis 2017 : le Prodiet fluide et la protéine Promilk 600 A qui permet d’apporter du crémeux aux yaourts sans ajout de matières grasses. Le troisième concerne donc la création en partenariat avec l’Institut Charles Viollette de l’UMR AllInpep spécialisée dans l’élaboration de peptides laitiers.

Quel est le montant de l’investissement que vous y consacrez et comment s’organise ce partenariat avec l’Institut Charles Viollette ?

S. D. : Nous avons programmé 10 millions d'euros en 2016 pour accroître de 50 % nos capacités de production de protéines de lait en 2018, pour 2 000 tonnes supplémentaires par an produites dans notre usine à Saint-Pol-sur-Ternoise. AllInPep est co-animé par deux responsables d’Ingrédia et de l’Institut Charles Viollette et compte une équipe de 17 personnes dont 10 issues d’Ingrédia et 7 de l’ICV. L’objectif de cette UMR est de produire non seulement plus de protéines innovantes et de le faire plus rapidement, en sachant qu’elle bénéficiera des machines, outils de production et de recherche très sophistiqués et coûteux dont dispose l’ICV à Villeneuve d’Ascq et que nous n’aurions pas pu acquérir.

Fin 2017, Prospérité Fermière Ingrédia s’est lancée, avec l’aide du WWF France, dans une démarche de RSE visant à créer la nouvelle filière d’élevage et de production sans OGM, Via Lacta, de quoi s’agit-il ?

Samuel Bar : L’idée de lancer Via Lacta date de 2014 avec l’objectif de réduire la consommation de soja importé de 65 % au sein des fermes engagées dans ce programme en proposant des alternatives protéiques. Il repose sur 4 critères. Nourrir les vaches sans soja OGM et, d’ici à 2020, réduire de 90 % l’utilisation de soja même non génétiquement modifié en proposant d’autres variétés végétales protéiques, d’origine locale. La restauration de l’accès au pâturage au moins 170 jours par an avec 1 500 m2 de pâturage par vache y contribue activement en sachant que nous testons depuis avril 2017 une solution de toastage de féveroles notamment pour l’alimentation hivernale qui est complétée par du colza. Nous aurons bientôt les résultats d’une étude sur les effets du changement d’alimentation sur les animaux. Parallèlement pour garantir leur bien-être, les animaux sont logés sur paille. Enfin et surtout, Via Lacta garantit un revenu minimum de 300€ pour 1 000 litres de lait aux éleveurs engagés dans cette filière, avec une prime de 15€.

Combien d’éleveurs sont déjà engagés dans Via Lacta et quels sont les objectifs de production ?

S. B. : A ce jour, 100 producteurs sur les 1 500 adhérents à la coopérative se sont convertis pour un objectif annuel de 30 millions de litres de lait sur une production totale de Prospérité Fermière Ingrédia de plus de 400 millions de litres. La production Via Lacta est destinée à l’élaboration d’ingrédients laitiers et de lait UHT. À terme car ce processus de conversion nécessite du temps, nous pensons que 100 producteurs supplémentaires pourraient rejoindre cette nouvelle filière.

Zoom sur Prospérité Fermière Ingrédia

• Les services administratifs, marketing et commerciaux, recherche et développement d’Ingrédia sont basés à Arras (Pas-de-Calais). Le site de production (transformation du lait en ingrédients alimentaires, conditionnement du lait UHT et fabrication d’ingrédients pour la nutrition-santé) est implanté à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais)

• La coopérative compte 1 500 éleveurs adhérents dans les Hauts-de-France et produit plus de 400 millions de litres de lait par an avec 90 % du chiffre d’affaires dédiés à la production d’ingrédients et 10 % au lait de consommation.

• 450 salariés

• CA 2016 : 400 M€ (+1,5 % versus 2015) dont 60 % réalisés à l’export

• 3 alliances industrielles à l’étranger pour la production de protéines : Crémo (Suisse), Cayuga (États-Unis) et Tatura (Australie).

• 3 filiales commerciales à l’étranger : États-Unis, Canada et Singapour

Propos recueillis par François Lecocq



Téléchargements