Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 06 juillet 2017

Restauration livrée : vers la surchauffe ?


La semaine dernière, le milliard d’euros levé à la Bourse de Francfort par Delivery Hero, l’un des grands noms de la livraison de repas, a prouvé que les investisseurs redoublaient d’appétit pour la foodtech. Plus connu à travers l’une de ses marques, Foodora, Delivery Hero est ainsi valorisée à près de 5 milliards d’euros. Une somme vertigineuse alors que la société allemande a enregistré l’année dernière plus de 200 millions d’euros de pertes.

Cette levée de fonds en Bourse témoigne de l’enthousiasme des investisseurs pour ces nouveaux services permettant de revivifier un secteur de la restauration vieux comme le monde. Ces entreprises se concentrent sur la mise en relation des restaurateurs et des clients, prélevant au passage une commission. Mais leur réussite s’appuie surtout sur leur capacité à s’imposer sur un marché comme l’opérateur de référence : avec le plus grand nombre de restaurants partenaires, l’appli la plus facile à utiliser et la meilleure rapidité d’exécution. Dans cette course pour être le plus gros, les levées de fonds, en Bourse ou auprès d’investisseurs, sont le carburant du succès.

El les clients ? Ils semblent être de plus en plus adeptes du restaurant à la maison. À tel point que d’autres opérateurs veulent profiter de cet engouement : Franprix se met à la livraison de repas, et même McDonald’s qui s’y refusaient jusqu’à maintenant. Au risque d’encombrer le marché.

Cyril BONNEL