Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 24 janvier 2018 | epicerie fine

Salpa cède Cofféa au russe Cantata


Le groupe Salpa dirigé par Jean-Paul Burrus se désengage de Cofféa pour se recentrer sur le chocolat et la confiserie, ses domaines de prédilection. Ce qui permet au réseau russe d’épiceries fines Cantata d’accélérer son développement en Europe occidentale.


Mi-2017, Salpa (79 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017), la maison mère de la chocolaterie alsacienne Schaal (et des marques Marquise de Sévigné, Côte de France, Yves Thuriès et Pfister), contrôlée par Jean-Paul Burrus, a conclu la vente du réseau de boutiques Cofféa au russe Cantata. Cette entreprise est peu connue à l’international mais jouit d’une position importante en Russie où elle compte un réseau de 250 boutiques de vente de thé et de café, et a développé un site de vente en ligne de produits d’épicerie fine. Depuis peu, Cantata ne fait pas mystère de ses ambitions internationales, initiées par l’ouverture de sa première boutique en Belgique, près d’Anvers. Avec Cofféa, il se dote des moyens de son développement en Europe de l’ouest.

Salpa toujours fournisseur de Cofféa

Cofféa détient un réseau de 38 boutiques en France, dont une partie en franchise. L’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en 2017 et était détenue par Salpa depuis 21 ans. “J’ai décidé de me recentrer sur le chocolat alors que Cofféa était surtout positionné sur le café et le thé, qui sont des marchés très différents”, explique Jean-Paul Burrus qui a acquis deux autres réseaux de boutiques : Yves Thuriès en 2013, puis Maiffret en 2017. La transaction avec Cantata porte sur 80 % du capital, Salpa conservant 20 % et restant fournisseur. Outre la marque et les boutiques, la transaction inclut l’outil de torréfaction à Saint-Vigor-d’Ymonville (Seine-Maritime) d’une capacité de 300 tonnes par an.

Pour cette transaction, dont le montant n’est pas communiqué, Salpa a été conseillé par Transcapital. Jean-Paul Burrus ne précise pas pour l’instant la destination précise du produit de la vente, même s’il avoue pouvoir réaliser une opération de croissance externe si l’opportunité se présentait. Jean-Paul Burrus a de nombreux projets pour les prochains mois : intensifier la montée en puissance d’Yves Thuriès ou développer le site de conditionnement de thé Herbapac (une co-entreprise avec Fauchon). Salpa a aussi investi ces dernières années dans l’amont agricole avec des plantations de cacao en Amérique latine et de noisettes dans le sud-ouest de la France afin de sécuriser ses approvisionnements.

Cyril Bonnel



Téléchargements