Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 10 juin 2020

Souveraineté alimentaire


Pendant le confinement et même après, il a semblé évident à tous que l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire devaient faire le nécessaire pour éviter les ruptures dans les rayons. Il devrait être évident aujourd’hui de s’assurer que ces mêmes acteurs ne se retrouvent pas sur le carreau à cause de la crise. Des agriculteurs aux producteurs, en passant par les coopératives et les industriels, et sans oublier la restauration, certains sont aux abois. L’alerte a déjà été lancée le mois dernier par Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, et Richard Girardot, président de l’Ania, appuyée ces jours-ci par Dominique Chargé, président de la Coopération agricole. Tous n’ont qu’un seul mot d’ordre : un plan de relance pour l’agriculture et l’agroalimentaire.

Si les ventes en grande distribution sont restées stables, la fermeture de la restauration hors domicile et les freins à l'exportation à cause du Covid-19 ont lourdement affecté certaines filières et/ou entreprises. Les débouchés pour certaines productions ne seront jamais retrouvés, et les déséquilibres chez les uns vont continuer d’accentuer les problèmes chez les autres.

Faire la part belle aux productions françaises, et s’assurer que la grande distribution et la restauration collective jouent le jeu, soutenir les investissements pour gagner en compétitivité, le tout en apportant des réponses aux attentes des consommateurs, voilà qui est indispensable. Garantir la souveraineté alimentaire est plus que jamais nécessaire pour rebondir. Et tout le monde devra s'y mettre pour assurer la relance.

Perrine Delfortrie



Téléchargements