Mot de passe oublié ?

 

Commerce

Tous les articles de la rubrique

Distribution/Cession

28 mai 2009

Supergroup reprend partiellement EDA en faillite


Supergroup, une filiale d’Altadis spécialiste de la distribution de produits alimentaires, va acquérir les sites de Pontivy (Morbihan) et de Bourgoin-Jailleu (Isère) du distributeur de confiseries et de boissons EDA, qui vient d’être mis en liquidation judiciaire. Supergroup conserve 97 salariés et la totalité des autres postes (617) sur les six autres sites d’EDA vont être supprimés. De plus, 2MD, filiale à 100 % d’EDA basée à Viennay (Deux-Sèvres), vient d’être cédée à deux anciens salariés, dont le directeur du site.

Le tribunal de commerce de Paris vient de prononcer la liquidation judiciaire du grossiste EDA (Euro distribution alimentaire), distributeur de confiseries et de boissons basé à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et détenu par OED (Omnium européen de distribution) et en difficultés depuis plusieurs mois. Supergroup, une filiale d’Altadis (spécialiste du tabac et de la distribution) ayant réalisé 130 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière (+8 %), va reprendre les sites de Pontivy (Morbihan) et de Bourgoin-Jallieu (Isère) pour une valeur de 700 000 euros, ce prix de cession comprenant uniquement les biens incorporels. « Dans ces deux régions nous avions jusqu’à présent très peu de présences commerciales et logistiques », explique Franck Manifacier, directeur de Supergroup. « Nous avons donc souhaité acquérir uniquement ces deux sites. En reprendre d’autres aurait entraîné une réorganisation de Supergroup, ce que nous ne souhaitions pas », poursuit-il.

Cession de 2MD

Par ailleurs, le tribunal de commerce de Paris a prononcé le 26 mai la cession totale de 2MD, filiale à 100% d’EDA basée à Viennay (dans les Deux-Sèvres), à deux anciens salariés, dont le directeur du site. Supergroup, qui détient désormais 8 sites en France, se fournit auprès de tous les grands industriels et distribue leurs produits dans les commerces de proximité, en GMS, en distribution automatique et dans les stations services. La société a également ses propres marques, notamment Renardise (pâtisserie) et P’tilo (confiserie) dont elle sous-traite la fabrication. Ses marques représentent 5 % de son chiffre d’affaires. « Nos propres marques constituent un axe important de développement pour nous. Elles nous permettent d’améliorer nos marges, comme les MDD pour la grande distribution », indique Franck Manifacier. EDA détient quelques marques propres, que Supergroup compte à l’avenir garder et développer.

Suppression de 617 postes

Au total, Supergroup conserve 97 salariés et 617 postes vont donc être supprimés à Liévin (Nord), Verdun (Meuse), Combs-la-ville (Seine-et-Marne), Albi (Tarn), Parthenay (Deux-Sèvres) et Rousset (Bouches-du-Rhône). EDA, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros en 2008 (à 38 % dans les stations-services, et à 35 % dans les commerces indépendants), était en redressement judiciaire depuis le 31 mars (1). L’entreprise connaissait des problèmes de trésorerie depuis octobre 2008 et cumulait 20 millions d’euros de perte. La liquidation de l’entreprise est bien sûr très mal vécue par les salariés. L’ambiance est par exemple très tendue sur le site d’EDA à Albi. Les réservoirs des camions stationnés sur le parking de l’entrepôt albigeois ont été siphonnés il y a quelques semaines et deux coups de feu ont été tirés sur la façade de l’entreprise.


(1) Cf Agra alimentation n°2064 du 7 mai 2009 p32

GE

Imprimer cet articleRetour à la page d'accueilEnvoyer à un ami



Exportons ?

Les ministres en charge de l'Agriculture, l'Agroalimentaire et du Commerce extérieur ont mis en place cette semaine un comité export consacré à la viande bovine. L'interprofession s'en félicite, mais on peut légitimement s'interroger sur ce nouvel outil, lancé dans une assez grande discrétion, il faut le dire. Tel n'était pas le cas en début d'année 2013 quand ces mêmes ministres avaient mis en place de façon plus ostentatoire « un comité Asie » qui ambitionnait de promouvoir l'ensemble des exportations agricoles et agroalimentaires vers ces nouvelles frontières asiatiques. « Ce ne devait pas être un comité Théodule » assurait Nicole Bricq. Force est de constater, un an après son lancement qu'il est bien difficile de connaître les résultats concrets de cette...


Kiosque