Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 30 janvier 2019 | surgelé

Toupargel et son avenir incertain  


Le groupe Toupargel a annoncé le 25 janvier 2019 avoir demandé au tribunal de commerce de Lyon à bénéficier d'une procédure de sauvegarde et que ses filiales opérationnelles soient placées en redressement judiciaire. Une audience attendue pour le 31 janvier devrait permettre d'y voir plus clair sur les efforts financiers nécessaires pour poursuivre le redressement de l'entreprise, avec le concours ou non de ses actionnaires actuels.


En difficulté depuis plusieurs années, le groupe Toupargel a annoncé le 25 janvier 2019 avoir été placé sous procédure de sauvegarde par le tribunal de commerce de Lyon. Ces deux filiales opérationnelles Eismann et Toupargel, déclarées en cessation de paiements, ont quant à elles été placées en redressement judiciaire. "L’ouverture de ces procédures devrait permettre à l’ensemble des parties prenantes de s’accorder sur les efforts de financement à poursuivre dans un cadre sécurisé pour aboutir à un plan de redressement avec le soutien des actionnaires et, le cas échéant, dans le cadre d’un adossement", précise le communiqué du leader français de la livraison de produits alimentaires à domicile. A noter qu'il y a un an, Toupargel avait bénéficié d'un apport de 10 millions d'euros de la part de ses principaux actionnaires. La famille Tchénio (Roland, le fondateur de Toupargel et son frère Maurice, co-fondateur du fonds Apax) détient 87 % du capital de l'entreprise. Depuis deux ans, Romain Tchénio, le neveu du fondateur a pris les commandes de l'entreprise. L’audience du tribunal de commerce de Lyon prévue le 31 janvier devrait permettre d'en savoir plus sur les prochaines échéances pour ces entreprises. 

En perte de vitesse, le groupe a entamé une vaste transformation de ses activités, visant à passer de la vente de produits surgelés par téléphone, son métier historique, à la vente multicanale de produits alimentaires. En octobre, Toupargel avait ainsi signé un partenariat stratégique avec Naturalia sur la distribution de produits bio à domicile, offrant ainsi la possibilité aux consommateurs de recevoir leur commande passée par internet ou téléphone en moins de 48h.

Un savoir-faire unique

Les comptes semestriels 2018 commençaient à peine à porter les fruits de cette réorganisation. Les comptes du premier semestre 2018 faisaient apparaître un excédent brut d'exploitation négatif de 5 millions d'euros (contre un résultat négatif de 1,4 million d'euros à la même période de 2017), pour un chiffre d'affaires en recul de 8,8% à 123,3 millions d'euros. Cette évolution des ventes témoignait notamment d'une "érosion de 13 % de l’activité de vente par téléphone de produits surgelés et d'une croissance de 37 % de l’activité e-commerce dont les ventes de produits frais et d’épicerie progressent de 108 %", expliquait ainsi le groupe. Le second semestre 2018 devait voir la poursuite des ventes e-commerce et le déploiement de la gamme de produits frais et d’épicerie, grâce à une campagne médias nationale ciblant plus particulièrement les familles et les jeunes seniors. Le groupe compte sur son savoir-faire unique regroupant vente à distance, préparation des commandes et surtout maîtrise du dernier kilomètre, pour redresser la barre. Les comptes annuels seront publiés le 10 avril.

En attendant l'audience au tribunal de commerce de Lyon, la cotation du titre sur Euronext Paris reste suspendue. A noter que seulement 13,16% du capital de Toupargel sont entre les mains du public. 

Perrine Delfortrie