Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 22 mars 2012 | charcuterie/cession

Un nouveau départ pour Jean Caby


Le groupe espagnol Campofrio Food Group, leader européen de la charcuterie, a annoncé le 13 mars, par un communiqué, la cession de la majorité des parts que la société détenait dans Jean Caby à Foxlease Food. Jean Caby est l’un des leaders français du jambon blanc et ses saucisses de cocktail. Foxlease Food, représenté par l’entrepreneur Eric Steiner, détiendra 51 % de Jean Caby et Campofrio Food Group, en tant qu’actionnaire minoritaire, continuera à jouer un rôle de support dans la stratégie de la société. « Eric Steiner apportera son expérience opérationnelle et industrielle au développement stratégique des activités de Jean Caby afin de promouvoir ses produits de qualité aussi bien en France qu’à l’export », souligne le communiqué commun. Cependant, celui-ci n’a guère d’expérience affirmée dans le secteur agroalimentaire. Il va devoir relancer une société positionnée sur un marché très concurrentiel du jambon cuit. Son activité est déficitaire depuis de longues années. Il pourra également compter sur l’appui de Campofrio, l’une des plus grandes entreprises dans le monde dans le secteur de la charcuterie avec une position de leader en Europe, qui conserve une participation significative.

Des investissements programmés dans un secteur en mouvement
Il aura également le soutien « attentif » des organisations syndicales qui ont plutôt bien accueilli le fait que cette opération se ferait sans « incidences sociales » dans l’immédiat. Elles ont également apprécié le fait que les nouveaux propriétaires envisageaient d’investir 50 millions d’euros dans les cinq ans à venir pour rénover un outil industriel vieillissant, notamment sur le site de Lille. Tout en saluant ces orientations qui font également le pari du développement à l’exportation, les syndicats n’ont cependant pas voté pour le plan présenté, mais se sont abstenus. Le groupe a des sites de production dans plusieurs pays destinés à fournir les marchés domestiques et internationaux. Ses produit clés sont les jambons cuits, les jambons secs, les saucisses sèches, les saucisses de Francfort, les pâtés et les plats préparés, vendus sous diverses marques, dont Campofrio, Aoste, Justin Bridou, Cochonou ou Oscar Mayer. Il avait tenté l’an dernier de se rapprocher de la société familiale Madrange, alors en difficulté, mais le projet avait écoué, la famille Madrangeas ayant préféré l’offre de rachat du groupe financier Turenne Lafayette. Celui-ci, propriété de Monique Piffaut, propriétaire des jambons Paul Prédault et des cassoulets William Saurin. Le fait de ne pouvoir réussir ce rapprochement qui aurait conforté Campofrio sur le secteur hautement concurrentiel a convaincu le groupe espagnol de se concentrer sur la charcuterie sèche et de s’éloigner du jambon. Ce secteur va poursuivre sa recomposition. Madrange a ainsi annoncé en début d’année un plan de sauvegarde qui prévoit la suppression de 132 postes permanents et une centaine d’intérimaires, notamment sur le site de Feytiat, près de Limoges (Haute-Vienne). Le marché du jambon blanc en France est dominé par Fleury Michon et Herta, son suivant immédiat.
PB