Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 02 octobre 2019

Urgence


Les recommandations présentées conjointement par la FNSEA, l'Ania et Coop de France dans le cadre du Pacte productif 2025 ont un air de déjà-vu. Et pour cause ! Le problème de la perte de la compétitivité des filières agricole et agroalimentaire françaises sur leurs marchés en France et à l'export n'est pas vraiment nouveau. Régulièrement, les uns, les autres, séparément, puis ensemble, tirent la sonnette d'alarme sur cette situation.

Force est de constater que si l'on connaît bien les causes de cette perte de compétitivité, coût du travail élevé, normes plus contraignantes que nos voisins, guerre des prix dans la distribution, retard d'investissements dans les outils... LA bonne solution n'a toujours pas été trouvée pour l'enrayer. Et le temps passe.

Au final, bien que le secteur agricole et agroalimentaire reste l'une des principales forces du commerce extérieur français, en seulement trois ans, la France est passée de la 3e à la 6e place des pays exportateurs sur ces secteurs.

Il y a donc urgence à agir vite, d'autant plus si l'on veut coller aux objectifs du Pacte productif. Pour rappel, celui-ci vise à accroître la part de l'industrie et de l'agriculture dans le PIB français de 13,5% actuellement à 15 % en 2025 et 20% cinq ans plus tard.

L'enjeu est de taille pour une myriade d'agriculteurs et d'entreprises.

 

Perrine Delfortrie



Téléchargements