Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 01 juillet 2010 | eau/acquisition

Valécrin repris par un groupe algérien


Depuis sa création en 2002, l’eau des Alpes Valécrin a déjà connu deux redressements judiciaires avec reprise à la clé. Après la procédure de 2004, l’entreprise iséroise a de nouveau changé de main ce printemps. Elle a été reprise par la SAS Eau des Alpes, financée par le groupe algérien spécialiste des boissons Ifri.


Jusqu’à présent, l’eau Valécrin n’a pas eu de chance. Créée ex-nihilo par les frères Tribel en 2002, elle fait face à son premier redressement judiciaire en 2004. Reprise par Laurent Ledermann, elle rencontre à nouveau des difficultés, qui débouchent sur un redressement judiciaire en vue d’une cession en ce début d’année 2010. « Il y a d’abord eu des problèmes de qualité de l’eau qui ont terni l’image de l’entreprise et, après la première reprise, les autorisations pour relancer la production ont tardé, ce qui a handicapé les référencements », explique Me Barbey, administrateur judiciaire.

30 millions de cols visés sur 2010-2011
Valécrin a donc changé de mains pour la deuxième fois dans sa courte histoire. Le repreneur est le groupe algérien Ifri, spécialiste des eaux minérales, sodas et jus de fruits, qui garde les sept salariés de l’entreprise. « Le site est splendide et le produit de qualité. Il a beaucoup souffert en terme d’image, il va falloir redonner confiance aux clients et aux enseignes », explique Mustapha Ibrahim. Au moins l’un de ses frères emménagera en Isère pour assurer la gestion opérationnelle de Valécrin, qui garde son nom commercial, mais dont la raison sociale sera désormais Eau des Alpes. « Nous espérons relancer la production en juillet et assurer la remise à niveau d’ici à la fin de l’année pour être prêts pour la négociation des référencements en octobre. » Concrètement, la nouvelle direction vise 30 millions de cols sur 2010-2011, soit un peu moins d’un an et demi d’exploitation.
Nouveauté dans le fonctionnement de l’entreprise, la partie commerciale, qui était externalisée, va être reprise en interne avec le recrutement de deux commerciaux. « Nous allons d’abord travailler sur la diffusion du produit dans le quart sud-est de la France puis sur la France entière », explique Mustapha Ibrahim. S’il reste discret sur les objectifs du groupe familial Ifri pour Valécrin, il pense déjà à la suite : une eau gazeuse, des bouteilles en verre pour les hôtels-restaurants, avant de penser à l’export, en Asie et dans les Pays du Golfe notamment.
MD