Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 21 mars 2018 | innovation

Agriloops cherche à financer son développement


Deux ingénieurs agro ont mis au point un procédé unique au monde de ferme aquaponique en eau salée, permettant l’élevage de crevettes tout en produisant des légumes. Ils viennent de recevoir la Bourse à l’Innovation lancée pour la première fois par le groupe William Saurin. Agriloops cherche des fonds pour financer la construction d’un prototype, avant de lancer son projet à plus grande échelle.


À l’occasion de son 120e anniversaire cette année, William Saurin avait annoncé en novembre dernier le lancement d’une Bourse à l’Innovation. Des trois projets présélectionnés en janvier, c’est la jeune société Agriloops qui a été récompensée et recevra bientôt un chèque d’un montant de 20 000 euros.

Fondée en 2016 par deux ingénieurs agro, Jérémie Cognard et Romain Vandame, cette start-up a développé un procédé unique au monde de ferme aquaponique en eau salée, associant l’élevage de crevettes et la production de légumes. Le système mis au point par Agriloops "utilise moins d’eau, permet de recycler les effluents des crevettes et de remplacer les fertilisants pour faire pousser des légumes avec des qualités spécifiques", explique Jérémie Cognard. Le choix des fondateurs pour la production d’espèces aquacoles marines s’explique par leur plus grande valeur ajoutée par rapport à des poissons d’eau douce, sachant que la partie aquacole est la plus coûteuse de leur projet. Toute leur expertise visant à trouver le bon niveau de salinité de l’eau pour permettre la production de légumes, a donc été déterminante. La société produit aujourd’hui "des tomates cerises plus sucrées et un "mesclun de la mer", composé de roquette et d’espèces atypiques comme l’huitre potagère, la salicorne, la ficoïde glaciale, le plantain, le pourpier… ", énumère le dirigeant.

Construction d’un prototype

Maintenant que le concept de production de crevettes et de légumes en eau salée a été prouvé en laboratoire, Agriloops veut installer "un prototype pour montrer que notre produit fonctionne en situation commerciale", explique Jérémie Cognard. Ce prototype sur 100 m2 aura une capacité d’environ 100 kilos de crevettes et 200 kilos de légumes. Cette mise en production, même si elle est à petite échelle permettra à Agriloops de démarcher ses premiers clients, c’est-à-dire des acteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

Pour l’installation de ce prototype, la société vient de lancer une campagne de financement sur la plateforme Sowefund dans le but de récolter 500 000 euros. "La campagne d’une durée initiale de 2 mois pouvant être reconduite 2 autres mois, a bien démarré", indique, visiblement satisfait, Jérémie Cognard. Les deux fondateurs qui sont majoritaires au capital d’Agriloops, le resteront à l’issue de cette levée de fonds.

Une fois cette première étape franchie, Agriloops cherchera de nouveaux fonds pour la construction d’une ferme d’une capacité de production de 20 tonnes de crevettes par an, qui devrait être rentable en 2020. Par la suite, la société vise une ferme capable de produire 100 tonnes par an. " Cette ferme aura un retour sur investissement optimal grâce aux économies d’échelles, qui nous permettra de mettre notre ferme aquaponique sous licence", prévoit le cofondateur. Si dans un premier temps Agiloops vendra sa production en direct, elle compte bien dans un second temps vendre ses fermes sous licence. La société est déjà en contact avec des coopératives et des aquaculteurs ou encore des maraîchers, qui pourraient être intéressés par ce concept de ferme aquaponique en eau salée.

Les deux autres finalistes

Deux autres projets avait été présélectionnés en janvier avec Agriloops, le gagnant de cette Bourse à l'Innovation. Il s'agissait d'Alksweety (alternative aux édulcorants chimiques) par Alkion BionInnovations (Agra Alimentation du 15 mars 2018) et Les Fruits de Terre pour ses produits alimentaires à base de farine d’insectes (Agra Alimentation du 8 mars 2018).

Le jury de cette Bourse créée par William Saurin était composé de Xavier Boidevézi, directeur Atelier Digital du groupe SEB et président FoodTech Dijon Bourgogne-Franche-Comté, d’Agathe Mathey, coordinatrice régionale FoodTech Dijon Bourgogne-Franche-Comté, de Philippe Lalère, directeur marketing de William Saurin, de Pierre- Alain Truan, délégué innovation Bourgogne- Franche-Comté pour Bpifrance et de Bénédicte de Chevigny, directrice participations InvestPM. Le public pouvait également participer au vote via la plateforme bourse-william-saurin.com. La Bourse de l’innovation devrait être lancée tous les ans.

Perrine Delfortrie



Téléchargements