Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 08 novembre 2017 | finances

Capagro double de taille et prévoit l’ouverture d’un nouveau fonds


Avec désormais 124 millions d’euros souscrits, le fonds de capital-risque Capagro Innovation va pouvoir investir dans davantage de start-up. Il se place parmi les premiers fonds européens dédiés à l’innovation en agriculture et en alimentation.


Le 19 octobre, Capagro annonçait le doublement de taille de son unique fonds Capagro Innovation, passant de 58 millions d’euros à 124 millions d’euros. Pour sa deuxième levée de fonds, Capagro a sollicité les premiers souscripteurs, mais aussi recruté de nouveaux venus tels qu’Agromousquetaires, Isagri, Invivo et LSDH. Au total, le fonds compte treize souscripteurs (1).

« Nous avons été tellement sollicités que nous avons décidé d’élargir la base du fonds qui rassemble aujourd’hui de grands acteurs du monde agricole et agroalimentaire », explique Jean-Philippe Puig, président du conseil de surveillance de Capagro et gérant de la SCA Avril. « Du côté des entreprises candidates, nous avons été submergés par un très grand nombre de dossiers, plus de 450 depuis notre lancement en 2014, et le rythme est toujours très soutenu aujourd’hui, fait remarquer Jean-Baptiste Cuisinier, président de Capagro. En fait, il y a une très forte demande pour se financer de la part des entreprises qui ne sont pas naissantes, mais pour celles qui réalisent leur premier chiffre d’affaires ». Capagro estime ainsi qu’elle répond à une demande qui n’est pas satisfaite de la part des banques qui jugent trop risqués ces types d’entreprises. « C’est vrai qu’il s’agit d’investissements risqués, capitalistiques et dont la rentabilité est souvent plus longue à obtenir que dans d’autres secteurs où le capital-risque s’est d’abord développé », selon Jean-Baptiste Cuisinier. Depuis le lancement, le fonds a dû se retirer de trois entreprises : Lineazen et Nutresia (Chef Cuisine) qui ont cessé leur activité, et Mon Eden dont l’activité est pérennisée.

Au 30 septembre 2017, le fonds Capagro Innovation avait investi entre 35 et 40 millions d’euros dans 12 entreprises (2) répondant à des critères précis des secteurs de l’agtech, de l’alimentation et de la substitution du carbone fossile par le carbone végétal. Dans chaque entreprise, le fonds tient à rester minoritaire en investissant des montants entre 1 et 5 millions d’euros, pour une durée de 5 à 7 ans. Toutes les entreprises réalisent un chiffre d’affaires (l’une d’entre elles atteint même les 10 millions d’euros) et une start-up doit être à l’équilibre à la fin de l’année 2017.

Pouvoir investir jusqu’à 10 millions d’euros dans une start-up

« Avec la nouvelle levée de fonds, nous allons pouvoir étendre le nombre de participations qui devrait atteindre à terme une vingtaine, et accroître notre capacité d’investissement sur les lignes les plus prometteuses du portefeuille », selon Jean-Baptiste Cuisinier. Quant au montant investi, il pourra désormais atteindre les 10 millions d’euros. Le fonds prévoit depuis son lancement d’investir à 70 % dans des entreprises françaises. Cette proportion sera respectée. Le fonds compte trois entreprises internationales et d’autres entreprises étrangères pourraient bénéficier des fonds de Capagro Innovation à l’avenir.

Face à la demande des start-up, et dans un marché du capital risque dédiée à l’agtech comptant encore peu d’acteurs, le management de Capagro n’exclut pas de faire à nouveau appel au marché. « Nous ne ferons pas de nouvelle levée de fonds pour Capagro Innovation qui doit être clôturé en 2024, mais nous pourrions en revanche lancer un nouveau fonds d’ici 18 mois à deux ans en fonction de l’appétit du marché », annonce Jean-Baptiste Cuisinier. Celui-ci pourrait avoir au moins la même taille que Capagro Innovation et s’ouvrir à des souscripteurs internationaux, et non plus seulement français.

BPI France, Crédit Agricole, Terrena, Agromousquetaires, Bel, Isagri, AG2R La Mondiale, Agrica, InVivo, Groupama et LSDH.
(2) Prêt à pousser, Naïo, Cryolog, Yooji, Olygose, eProvenance, Force A, Vitam Fero, Cellucomp, Combagroup, Matahi, Agriconomie

 

Cyril Bonnel



Téléchargements