Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 19 avril 2017 | bilan

Disparition d’entreprises : l’agroalimentaire en tête des secteurs industriels sinistrés


S’il témoigne d’une année 2016 plutôt dynamique, le dernier observatoire des entreprises du cabinet d’expertise Ellisphere (groupe Natixis) diffusé le 7 avril fait apparaître de forts contrastes sectoriels. Globalement, en 2016, son Indicateur de Dynamisme Économique (IDE), un ratio calculé sur 12 mois glissants entre les créations et les disparitions des sociétés, progresse à 1,43 (soit 1,43 entreprise créée pour une entreprise disparue) après une relative stabilisation à 1,31 en 2014 et 1,29 en 2015. "Cette évolution favorable du tissu entrepreneurial hexagonal s’inscrit dans un contexte économique toujours mitigé où la croissance du PIB n’a pas dépassé 1,1 %", note Ellisphere.

Ce dernier souligne également que son IDE a été porté l’an dernier par un nombre de création d’entreprises (639 000 entités) affichant une hausse de 5,5 %, la plus importante constatée depuis 2010, avec dans le même temps, un recul significatif des disparitions d’entreprises (-4,9 %). Mais toutes les entreprises ne sont pas logées à la même enseigne. En effet, neuf secteurs d’activité affichent en 2016 un IDE inférieur à 1, "marquant des difficultés persistantes et une baisse du nombre d’entités économiques actives", selon l’étude. Le secteur Agroalimentaire est dans le peloton de tête des secteurs à la plus forte sinistralité avec un taux de 22,7 % du total des disparitions. Un déséquilibre récurrent depuis une dizaine d’années pour ce secteur "pris en tenaille entre la concurrence internationale et la pression sur les marges de la grande distribution, sans oublier les différentes crises alimentaires", estime Ellisphere. À l’inverse, les secteurs énergie et transports & logistique sont en grande forme, avec des IDE de respectivement 2,26 et 2,19.

PDf



Téléchargements