Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 06 février 2019

Goudale voit toujours plus grand


À Arques, La Brasserie Goudale investit 12 M€ dans un entrepôt de stockage supplémentaire de 24 000 m2. En 2018, son chiffre d’affaires a progressé de 43 % à 94 millions d’euros.


À Arques, La Brasserie Goudale investit 12 M€ dans un entrepôt de stockage supplémentaire de 24 000 m2. En 2018, son chiffre d’affaires a progressé de 43 % à 94 millions d’euros.

La Brasserie Goudale n’en finit plus d’investir. Après avoir consacré 130 millions d’euros, depuis 2016, au transfert de Douai à Arques (Hauts-de-France) d’un tout nouveau site de production (10 000 m2 de brasserie, 10 000 m2 d’embouteillage et 10 000 m2 d’entrepôt), l’entreprise d’André Pecqueur vient de mettre en activité une nouvelle salle de brassage de 3 000 m2. "Notre capacité de production passe ainsi de 1,5 à 2,5 millions d’hectolitres par an à la fois pour les différentes variétés de Goudale, nos cinquante autres bières de spécialité ainsi que pour celles brassées pour des MDD", détaille-t-il.

Cette expansion, qui a favorisé 15 recrutements (110 salariés), intervient cinq ans plus tôt que prévu. Pour l’accompagner au mieux, l’entreprise investit à nouveau 12 millions d’euros pour l’achat de 6 hectares de terrain en plus des 9 existants pour construire un deuxième entrepôt de 24 000 m2 qui entrera en service mi-avril et doit lui permettre de "voir venir". "40 % de nos investissements sont financés sur fonds propres, pour le reste il est facile de convaincre des banques quand on réinvestit la totalité de ce que l’on gagne, une décision que je prends en tant qu’unique actionnaire sans aucun dividende à verser à quiconque", remarque-t-il. Ce qui ne l’a pas empêché d’attribuer une prime Macron de 1 000 euros juste avant Noël à 600 des 710 salariés de ses trois entreprises (Brasserie Goudale, Brasserie de Saint-Omer et Transports de Saint-Anould).

Lancements produits

Depuis le rachat en 2010 de la Brasserie de Gayant (rebaptisée Goudale), André Pecqueur, 75 ans, n’a pas seulement investi dans l’outil de production dont la capacité a été multipliée par 13, ce qui lui permet de répondre aux volumes importants et croissants des MDD. "Nous avons aussi renforcé notre équipe commerciale qui est passée de 5 à 20 personnes ce qui favorise une meilleure pénétration de nos bières sur le marché, notamment dans des régions qui étaient peu couvertes, telle la Côte d’Azur par exemple où nos ventes ont explosé de plus de 400 % ces 18 derniers mois", explique-t-il.

Parallèlement, le brasseur a multiplié les lancements produits, telles l’IPA et l’ambrée Rhum finish sorties en 2018, en attendant quatre nouveautés en avril-mai (Hop Lager, Circus Triple, Triple Secret des Moines et Belzébuth à la violette). Enfin, la Brasserie dope ses ventes avec beaucoup d’animations en rayon et de promotions (25 % de son CA). Résultat, le chiffre d’affaires a bondi de 43 % en 2018 à 94 millions d’euros ! Et ce n’est sans doute pas fini.

François Lecocq