Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 20 juin 2018 | etude

L'équipement alimentaire bio en forte hausse à Paris


Selon l'Apur, les commerces bio sont ceux qui, à Paris, ont le plus progressé en nombre dans le secteur alimentaire avec une augmentation de 47% entre 2014 et 2017. Les petits formats et commerces spécialisés connaissent des croissances comprises entre 6 et 9%.


Tous les deux ans depuis 2000, l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur) réalise, en partenariat avec la CCI, une étude très complète sur l'évolution de l'équipement commercial, tous secteurs confondus, dans les vingt arrondissements de la capitale. La dernière publication recense ainsi 62 507 commerces et services commerciaux début 2017, un parc stable depuis 2014 avec 25 établissements supplémentaires mais au sein duquel 10 700 commerces ont changé d'activité (le taux de vacance passe de 9,1 à 9,3%).

La publication rappelle la densité commerciale caractéristique de Paris, avec un taux d'équipement de 28 commerces pour 1 000 habitants (il atteint même plus de 50‰ dans le centre de Paris, du 1er au 11e arrondissements) nettement plus élevé que dans les autres grandes agglomérations françaises : 20,75 ‰ à Bordeaux, 17,33‰ à Marseille, 17,22‰ à Lyon ou encore 17,15‰ à Lille. Avec 7 612 établissements (+120 par rapport à 2014), le secteur alimentaire ne pèse que 12,1% de l'offre totale mais se distingue par son dynamisme. Ainsi, entre 2014 et 2017, les réseaux alimentaires généralistes ont progressé de 3,2% avec un solde positif de 60 établissements supplémentaires. L'étude souligne la montée en gamme du parc avec la transformation des magasins discount (53 points de vente, -70) en supermarchés (273 magasins, +30) ou supérettes classiques (461, +93), avec par exemple le transfert de points de vente Dia et Ed en Carrefour City et sous d'autres enseignes, notamment bio.

L'alimentaire spécialisé connaît une stabilité de son parc concernant les points de vente traditionnels (boulangerie, boucherie, primeurs....) avec la création nette de 26 établissements pour un total de 2 331 entités, les magasins primeurs enregistrant 22 créations à 350 unités, les crémeries-fromageries 18 à 142, tandis que la filière viande en perd 12 à 548 boutiques. Les commerces alimentaires de niche (pâtisserie, chocolaterie, caviste, torréfacteur, produits régionaux et étrangers) témoignent d'une progression plus nette de 9% à 2 109 boutiques (+169), les plus fortes croissances concernant les pâtisseries (33%) ou encore les cavistes (11%).

Enfin, accentuant une tendance nationale (4 752 magasins dont 735 nouveaux en 2017, +18%), le nombre de commerces spécialisés bio et circuits courts a enregistré, à Paris, une progression exceptionnelle de 47% avec 89 nouveaux magasins pour un parc total de 277 unités. Les quartiers les plus dynamiques étant le 11e arrondissement (19 créations), les 12, 15 et 17emes (+10), ainsi que les 9 et 10emes (+9). "Deux enseignes se détachent particulièrement, il s'agit d'une part de Naturalia (+19 établissements) et de Bio C'Bon (+17). Si on y ajoute Biocoop (+6), Carrefour Bio et La Vie Claire (+5 chacune), ces cinq enseignes assurent à elles seules près de 50% des créations de magasins", conclut l'étude.

François Lecocq



Téléchargements