Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 09 janvier 2019

Lundi, mardi, mercredi…


S’engager à ne plus manger ni viande, ni poisson tous les lundis pour préserver la planète ? Pourquoi pas. L’idée lancée par 500 signataires dans une tribune parue dans le Monde peut en effet paraître séduisante… à première vue. Mais que fait-on les autres jours ? On mange du bœuf produit dans de mauvaises conditions, loin de France, à la traçabilité douteuse ? De gros œufs en provenance de hangars à poules pondeuses qui ne mettront jamais le nez dehors ? Du jambon plein de conservateurs, des poissons provenant de pêches industrielles et intensives sans respect de la biodiversité ? Sans parler de manger des fraises en décembre, une aberration toujours d’actualité et qui vaut pour tous les fruits et légumes qui viennent de loin et affichent donc une empreinte carbone plus que négative.

Et puis, comme n’ont pas manqué de le faire remarquer les détracteurs de cette tribune, les Français ont de toute façon déjà globalement réduit leur consommation de viande, pour des raisons de santé, parfois pour des questions de budget, ou tout simplement par goût. D’ailleurs, en témoigne l’engouement en France pour une alimentation végétarienne et végane. "Ce marché a généré en 2018 un chiffre d’affaires en hausse de 24 % dans les GMS à 380 millions d’euros (hors épicerie salée)", selon les calculs des experts de Xerfi. Et ces derniers estiment qu’il devrait "s’envoler au rythme de 17 % par an en moyenne entre 2019 et 2021 pour dépasser les 600 millions d’euros en fin de période".

C’est comme de choisir un jour pour faire une bonne action, le 8 mars pour fêter les femmes ou le 22 septembre pour ne pas utiliser sa voiture. Cela pose inévitablement la question de savoir ce que l’ont fait les 364 autres jours de l’année. Certes, avec le lundi "vert", la question ne se pose que pour 313 jours, mais quand même. Mieux vaudrait responsabiliser et encourager les uns et les autres, c’est-à-dire les consommateurs, mais aussi les éleveurs, les producteurs et les distributeurs pour qu’ils fassent les bons choix et prennent les bonnes décisions… et ce tous les lundis, comme tous les autres jours de la semaine, toute l’année !

Perrine Delfortrie



Téléchargements