Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 03 mai 2017

Pour ou contre l'Europe et l'euro


Le second tour de l'élection présidentielle approche à grands pas. Si Pierre Gattaz, le président du Medef, s'était clairement engagé dès le lendemain du premier tour "derrière le candidat Emmanuel Macron" afin de faire barrage au Front national, les industriels en général et de l'agroalimentaire en particulier se sont montrés beaucoup plus discrets jusqu'à présent.

Chez les agriculteurs, Christiane Lambert, président de la FNSEA, sans donner de consignes de vote à ses adhérents pour le second tour, fait de l'Europe une question déterminante. De son côté, la Confédération paysanne a appelé « à faire barrage » au Front National, alors que le Modef une semaine plus tôt, avait appelé à voter pour Emmanuel Macron. Quant à l'électron libre Michel-Edouard Leclerc, il a indiqué sur son son blog, qu’il votera au deuxième tour pour Emmanuel Macron, mais à titre personnel, sans engager son entreprise dans ce choix. Même si tous ne se reconnaissent pas forcément dans la politique du candidat d'En Marche !, la question de l'Europe, sans être leur unique préoccupation face au programme défendu par Marine Le Pen est primordiale.

Les patrons, et pas seulement eux d'ailleurs, n'ont pas intérêt à sortir de l'euro. Il est vrai que le système n'est pas parfait, les contraintes lourdes, les règlements tatillons et la Commission européenne empoisonnante, on ne l'a que trop dit. Mais faire cavalier seul aujourd'hui serait une folie. L'économie française n'en a pas les moyens. En revanche, repenser, améliorer, fluidifier les rouages de cette lourde machine qu'est l'Union européenne, afin de l'utiliser comme un moteur de croissance et non plus comme un frein, seront des étapes indispensables à franchir dans les mois et les années à venir pour avancer durablement.  

Mais, en attendant, une fois l'étape décisive de la présidentielle passée, restera ensuite à passer le cap des législatives, qui, il faut aussi l'espérer, donneront les coudées franches au nouveau président.

Perrine Delfortrie