Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 24 octobre 2018 | consommation

Étiquetage de l’origine : projet franco-italien d’initiative citoyenne européenne


La présidente du syndicat agricole français FNSEA, Christiane Lambert, a annoncé le 17 octobre à Paris le lancement le 19 octobre, avec la Coldiretti italienne, d’une initiative citoyenne européenne en faveur de l’étiquetage de l’origine des produits agricoles. La France expérimente, depuis le 1er janvier 2017 et jusqu’à la fin 2018, l’indication de l’origine du lait et de la viande utilisés comme ingrédients dans les denrées alimentaires transformées (1). L’Italie fait de même jusqu’au 31 mars 2020 pour les produits laitiers, les pâtes, le riz et les tomates transformées (2).

« Cette expérimentation de l’étiquetage a vocation à être prolongée. Nous avons tous les éléments pour montrer (à la Commission européenne) que cette mesure est plébiscitée par les consommateurs », a estimé Philippe Duclaud, directeur général adjoint au ministère français de l’agriculture, apportant son soutien à l’initiative franco-italienne.

La Commission de Bruxelles a décidé le 19 septembre d’enregistrer une initiative citoyenne du même type intitulée « Eat ORIGINal ! Unmask your food », dont l’objectif annoncé est d’imposer une déclaration d’origine obligatoire pour tous les produits alimentaires afin de prévenir les fraudes, de protéger la santé publique et de garantir le droit à l’information des consommateurs (3).

Si, en l’espace d’un an, une telle initiative européenne recueille un million de déclarations de soutien, provenant d’au moins sept États membres différents, la Commission disposera d’un délai de trois mois pour réagir. Elle pourra faire droit à la demande ou non, mais dans les deux cas, elle sera tenue de motiver sa décision.

Adopté en mai par la Commission, mais jugé « trop flexible et vague » par les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca), un règlement d’exécution applicable le 1er avril 2020 fixe les modalités de l’étiquetage de l’origine de l’ingrédient principal d’un produit alimentaire lorsqu’elle est différente de celle indiquée pour ce produit (4).

(2) Voir n° 3648 du 11/06/18

(3) Voir n° 3660 du 24/09/18

(4) Voir n° 3647 du 04/06/18

BC, FXS



Téléchargements