Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 19 décembre 2018 | bilan

Une année d'investissements en dette privée record pour Céréa


Sur les douze derniers mois (de novembre 2017 à octobre 2018) Céréa Partenaire a annoncé avoir réalisé une année d'investissements record en dette privée, en hausse de 38% par rapport à la même période l'année précédente. C'est un total de 217 M€ qui ont été investis pour assurer le financement de 15 entreprises européennes, via ses deux derniers fonds de Private Debt, Céréa Mezzanine III et Céréa Dette II (voir encadré). 

Sur cette même période d'un an, le groupe Céréa Partenaire a investi 260 M€ dans son ensemble (271 M€ en dette privé et le reste en capital). Un succès que Michel Chabanel, président de Céréa Partenaire, attribue à une certaine notoriété, liée non seulement à l'ancienneté de Céréa, mais aussi au travail de prospection réalisé par les équipes, ainsi qu'au démarchage hors des frontières. "En dette privée, nous avons réalisé quatre dossiers en Europe ces derniers mois, dont un avec l'tialien Monviso, notre dealflow y devient régulier ", rappelle ainsi ce dernier. Céréa prévoit d'ailleurs de poursuivre ses investissements à l‘international avec un premier objectif de 20 %, pour arriver à terme à 50 % de dossiers français et paneuropéens. 

Pour encore plus d’efficacité, "les équipes des fonds de mezzanine et dette viennent d'être regroupées", indique Fabrice Vidal, directeur général délégué de Céréa Partenaire Private Debt. "Les préférences des entreprises, des dirigeants et des actionnaires en matière de produits financiers ne sont pas toujours clairement définies dès le départ et évoluent dans le temps. C'est donc à nous qu'il revient de proposer différentes alternatives, d'où l'intérêt pour l'équipe, composée de 10 investisseurs aujourd'hui sur cette activité de dette privée, de disposer d’une large palette de solutions", ajoute ce dernier.

De fait aujourd'hui, en plus de son activité d'actionnaire majoritaire en capital, Céréa Partenaire offre une palette de financement très large, de la dette junior, en passant par le placement privé, jusqu'à la dette de type bancaire ou l'unitranche. Très peu de fonds de dette privée combinent tout cela à la fois, selon Fabrice Vidal. "Ceci nous permet une meilleure agilité et une grande capacité à répondre aux besoins des entreprises, sans imposer tel ou tel schéma a priori."

Dans le détail, le fonds a notamment réalisé des financements en dette junior dans Mademoiselle Desserts et Burger King, en unitranche dans BCF et Organic Alliance, en placement privé corporate dans Bertrand Restauration et Sleever ou encore en dette bancaire dans Buffalo Grill, Europe Snacks et Parts 24.

Profil des fonds

Céréa Mezzanine III, levé fin 2016 avec une capacité d'investissement de 200 M€, finance et accompagne des projets de développement, de reprise avec effet de levier ou de restructuration d'actionnariat sous forme de dette mezzanine ou unitranche, en apportant des financements de 2 à 40 M€ en prise ferme (voire 80 M€ en unitranche conjointement avec les deux fonds).

Céréa Dette II, levé en avril 2018 avec 321 M€ d'engagements à date, finance des opérations de transmission, des projets d'investissement ou des besoins d'exploitation. Il intervient uniquement en dette senior sous forme de placement privé, dette bancaire ou unitranche pour des montants compris entre 10 et 40 M€ en prise ferme.

Perrine Delfortrie



Téléchargements