Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 17 mars 2021

Utopie


Que de chemin parcouru depuis juin dernier, date à laquelle Danone annonçait fièrement devenir la première entreprise à mission du CAC 40… Une décision approuvée à l’époque par plus de 99 % des actionnaires. Emmanuel Faber, le p.-d.g. du groupe, était convaincu « que plus notre entreprise démontrera qu’elle est au service de l’ensemble de ses parties prenantes, plus elle créera de la valeur et sera reconnue pour cela ». Il voulait faire de Danone un groupe différent. Dans les faits, on ne peut pas dire qu’il y soit arrivé.

Résultats en berne dans certaines divisions, chute du titre en Bourse, dissensions en interne sur fond d’absence de dialogue, départs de certains dirigeants, les problèmes ont commencé à s’accumuler à l’automne dernier. De quoi faire la part belle aux voix de plusieurs fonds plus ou moins activistes sur la mauvaise gestion et le manque de rentabilité du groupe. De quoi surtout acculer et de plus en plus isoler Emmanuel Faber, jusqu’à son éviction brutale à la tête du groupe par le conseil d’administration, annoncée le 15 mars.

Difficile visiblement de concilier les principes d’une entreprise à mission avec les objectifs de rendement de certains actionnaires. L’utopie a fait long feu. Les raisons de l’annonce du plan « Local First » qui devait conduire à plus de 2000 suppressions de postes dans le monde répondaient surtout à une quête de rentabilité toujours plus grande. Danone n’est pourtant pas au bord du gouffre.

 

Perrine Delfortrie



Téléchargements